Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Assurance auto : tout ce qu’il faut savoir sur le bonus-malus

Le bonus-malus est l’autre appellation du coefficient de réduction-majoration. Commun à tous les assureurs, il influe directement sur le tarif des assurances auto et permet de récompenser les conducteurs qui n’ont pas connu de sinistre responsable et, à l’inverse, de pénaliser ceux qui en ont eu. Comment est-il calculé ? A quoi sert-il exactement ? Cet article vous donnera toutes les réponses à vos questions.

Qu’est-ce que les bonus-malus ?

Le bonus-malus est un système de modulation de la prime d’assurance, basé sur le comportement de l’assuré. Il est mis à jour deux mois avant chaque échéance annuelle, en fonction des sinistres qui ont impliqué la responsabilité de l’assuré lors des douze derniers mois. Il est aussi appelé coefficient de réduction-majoration.

L’actualisation du bonus-malus intervient donc avant chaque échéance annuelle. L’augmentation du coefficient de réduction-majoration est liée au fait qu’il y ait eu un ou plusieurs sinistres pour lesquels la responsabilité de l’assuré a été reconnue. Dans le cas contraire, le coefficient baisse. Le nouveau montant est obtenu par le produit du coefficient et de la prime de référence, laquelle correspond à la prime calculée par la compagnie d’assurance lors de la souscription : le tarif augmente logiquement si le coefficient a été revu à la hausse, et diminue si le coefficient a baissé.

Quels sont les véhicules concernés par le bonus-malus ?

Le coefficient de réduction-majoration concerne tous les véhicules terrestres à moteur, en dehors de quelques exceptions telles que des véhicules à deux ou trois roues de moins de 125 cm3 ou de 11 kW de puissance, des véhicules d’intérêt général (pompiers, SAMU, etc.), des voitures de collections (plus de 30 ans), ou encore des engins agricoles et forestiers.

Quels sont les sinistres concernés par le coefficient de réduction-majoration ?

Les bonus-malus dépendent uniquement des sinistres "responsables", c’est-à-dire ceux pour lesquels la responsabilité totale ou partielle de l’assuré a été reconnue et a généré une indemnisation par l’assurance. Les vols, bris de glace, et incendies n’ont pas d’influence sur le coefficient.

Le coefficient de réduction-majoration peut également être impacté par d’autres paramètres prévus dans les garanties générales du contrat d’assurance auto. Cela peut par exemple être le cas lorsque l’on heurte un animal sauvage (sauf cas de force majeure).

Attention, si vous prêtez votre voiture à un ami qui se rend responsable d’un accident, c’est votre coefficient qui augmentera, et pas le sien.

Comment sont calculés les bonus-malus ?

Le calcul de la nouvelle échéance du contrat d’assurance auto intervient deux mois avant la date anniversaire de la souscription du contrat. Il tient compte des sinistres survenus dans les douze mois le précédant. Quant au résultat, il s’applique sur les douze mois qui suivent.

En l’absence d’antécédent, le bonus-malus est fixé à 1,00. Il diminue de 5 % (soit le coefficient de l’année précédente multiplié par 0,95), si l’assuré n’a pas été déclaré responsable d’un ou plusieurs accidents. Dans le cas contraire, il est majoré de 25 % (soit le coefficient de l’année précédente multiplié par 1.25) par accident lors duquel il est déclaré en responsabilité totale, et de 12,5 % (soit le coefficient de l’année précédente multiplié par 1.125) pour chacun de ceux où il est déclaré co-responsable.

Le coefficient obtenu est également modifié en fonction du nombre de sinistres enregistrés par l’ensemble des assurances sur l’année précédente (via le coefficient de variation technique de sinistralité). Le coefficient maximal est fixé à 3,50 et le minimal à 0,50 : deux ans sans accident responsable (en étant assuré) sont nécessaires pour le faire revenir à 1,00.

Par exemple, avec une prime de référence de 1 000 euros, l’assuré qui a un coefficient de 3,5 paie 3 500 euros par an, tandis que celui qui a un coefficient de 0,50 débourse 500 euros sur la même période. Pour obtenir un coefficient de 0,50, il faut être assuré pendant treize ans de suite sans avoir connu d’accident responsable. Voici un tableau récapitulatif :

Tableau explicatif du calcul du bonus-malus
Année de contratCoefficient bonusCalcul du coefficientExemple avec une prime
de référence de 1 000 €
Souscription1-1 000 €
1er anniversaire0,951*0,95=0,95950 €
2e anniversaire0,900,95*0,95 = 0,9025 arrondi à 0,90900 €
3e anniversaire0,850,90*0,95 = 0,855 arrondi à 0,85850 €
4e anniversaire0,800,85*0,95 = 0,8075 arrondi à 0,80800 €
5e anniversaire0,760,80*0,95 = 0,76760 €
6e anniversaire0,720,76*0,95 = 0,722 arrondi à 0,72 720 €
7e anniversaire0,680,72*0,95 = 0,684 arrondi à 0,68680 €
8e anniversaire0,640,68*0,95 = 0,646 arrondi à 0,64640 €
9e anniversaire0,600,64*0,95 = 0,608 arrondi à 0,60600 €
10e anniversaire0,570,60*0,95 = 0,57 arrondi à 0,57570 €
11e anniversaire0,540,57*0,95 = 0,541 arrondi à 0,54540 €
12e anniversaire0,510,54*0,95 = 0,513 arrondi à 0,51510 €
13e anniversaire0,500,51*0.95 = 0,48 arrondi à 0,50500 €

A SAVOIR : si vous avez un coefficient de 0,50 depuis au moins trois ans, le 1er accident responsable n’entraîne pas d’application de malus.

Les autres éléments qui peuvent influer sur le tarif

Le bonus-malus ne constitue pas le seul facteur d’augmentation ou diminution de la prime. Les compagnies d’assurance appliquent des surprimes aux conducteurs qui débutent (qui ont moins de trois ans de permis ou d’assurance). Elle peut atteindre au maximum 100 % du montant de la prime de référence, ou 50 % si l’assuré a obtenu son permis via l’AAC (apprentissage anticipé de la conduite). Certaines compagnies accordent des réductions aux bons conducteurs (qui viennent en plus du bonus de 50 %). Elles disparaissent en revanche en cas de premier accident responsable (au contraire du bonus, qui ne bouge pas pour un premier accident si l’assuré avait un coefficient de 0,50 depuis au moins trois ans).

Si le conducteur n’est pas assuré pendant un an, il peut perdre le bénéfice de son bonus. Certaines compagnies pourraient l’obliger à redémarrer avec un coefficient de 1,00, tandis que d’autres choisissent de conserver le coefficient acquis.

Le cas spécifique des professions qui font des "tournées"

Certaines professions qui utilisent leur véhicule comme outil principal de leur activité professionnelle, telles que les VRP, médecins, infirmières libérales, etc., profitent d’un calcul plus avantageux. La réduction est de 7 % (au lieu de 5 %), pour une année sans accident responsable. Et le malus atteint 20 % (au lieu de 25 %) par accident responsable. En cas de partage de la responsabilité sur un accident, le malus est de 10 %.

Comment connaître son coefficient bonus-malus ?

L’assureur a l’obligation de préciser tous les ans dans son avis d’échéance le coefficient bonus de réduction-majoration, ainsi que le montant de la prime de référence. Le document doit également comporter les éléments suivants :

  • Date de souscription du contrat
  • Nom, prénoms, date de naissance, numéro et date d’obtention du permis de conduire du ou des assurés
  • Numéro d’immatriculation du véhicule
  • Nombre et nature des sinistres qui sont intervenus lors des cinq dernières années, avec le nom des conducteurs responsables et leur part de responsabilité
  • Coefficient de réduction-majoration précédent
  • Date à laquelle le calcul a été réalisé.

Pour le cas où le document est égaré, il est possible de le retrouver sur son espace personnel, sur internet, ou en contactant son assurance, par exemple par téléphone.

Bonus-malus : comment se passe le changement de contrat d’assurance auto ?

Comme indiqué plus haut, les bonus-malus ne sont pas impactés par le changement de contrat d’assurance auto. Le conducteur conserve le même coefficient de réduction-majoration. Vous souhaitez visualiser les meilleurs contrats pour votre véhicule, en fonction de vos critères personnels ? Profitez gratuitement de notre comparateur, c’est sans engagement !

Foire aux questions

Que se passe-t-il en cas d’achat d’un deuxième véhicule ?

En cas d’achat d’un deuxième véhicule, le coefficient bonus-malus dernièrement calculé s’applique de la même façon sur le nouveau véhicule. Si l’assuré possédait plusieurs véhicules affectés de coefficients différents, c’est la moyenne d’entre eux qui est retenue.

L’assuré conserve-t-il son bonus en cas de suspension du contrat ?

Le bonus est acquis pour un temps limité, quelle que soit la raison pour laquelle le contrat est suspendu (maladie, changement de véhicule, départ à l’étranger, etc.). Par ailleurs, l’augmentation du bonus n’intervient que si la suspension ne dure pas plus de trois mois.

Le calcul bonus-malus est-il le même pour les motos et autos ?

La modalité de calcul est la même et le bonus-malus s’applique de la même manière sur une voiture ou une moto. Le bonus-malus ne concerne en revanche pas sur certains véhicules deux et trois roues (cylindrée inférieure à 125 cm ou puissance inférieure à 11 kW).

Avis sur «Assurance auto : tout ce qu’il faut savoir sur le bonus-malus»

Publiez votre avis