Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Assurance auto : comment réagir face à un délit de fuite ?

Tous les automobilistes n’ont pas continuellement de bonnes intentions. Certains, après un accident ou un simple accrochage ne daignent pas s’arrêter. Attention car cet acte est puni par la loi au titre d’un délit de fuite. Voici toutes les explications et conséquences liées à une telle réaction.

La nécessité de s’arrêter peu importe l’incident

Les délits de fuite ne se valent pas tous. En revanche, ils portent tous la même étiquette. Que cela soit un simple contact dans une autre voiture ou plus grave encore comme un piéton renversé, les automobilistes ont l’obligation de s’arrêter. Ils doivent alors constater les dommages ou appeler les secours s’il y a un ou plusieurs blessés. Si l’autre usager n’est pas présent, le responsable se doit de laisser au moins un moyen de le contacter comme un simple message sur le pare-brise par exemple.

Dans le cas contraire, la loi parle de délit de fuite expliqué dans le code pénal et les articles L231-1/L231-2. Il fait même partie des trois délits les plus courants en France et sur la route. Il intervient tout simplement lorsque l’individu fuit ses responsabilités et fait preuve d’incivilité.

Pour les individus pris de remords, il faut savoir que se rendre ensuite à la police n’excuse pas tout. Au contraire même puisque si un usager est gravement blessé, il pourrait tout simplement perdre la vie faute de secours arrivés à temps.

Quelles conséquences d’un délit de fuite ?

Les assurances n’aiment pas du tout ce type de situation. L’assuré peut tout simplement voir son contrat d’assurance résilié. Si cette sanction n’est pas appliquée, une majoration de la prime d’assurance est à prévoir.

Au regard de la loi, un tel acte peut se payer très cher. Comptez jusqu’à 75 000 euros d’amende, des pertes de points sur son permis de conduire, une annulation du permis de conduire et/ou la confiscation du véhicule. Dans les cas les plus graves, il peut y avoir des années de prison. En cas d’homicide involontaire, l’individu risque davantage à savoir 100 000 euros d’amende et 7 ans d’emprisonnement. Sachez cependant que chaque situation est différente et les sanctions varient forcément suivant la gravité des faits.

Les bons réflexes à avoir si vous êtes victime d’un délit de fuite

Vous avez été victime d’un délit de fuite ? Ne paniquez pas et suivez ces conseils :
- 1.Pensez avant tout à mémoriser le plus de détails possibles concernant la voiture et même le chauffeur. Outre le modèle, la marque et la couleur du véhicule, le plus important reste la plaque d’immatriculation !
- 2.Essayez ensuite de voir s’il y a eu un ou plusieurs témoins. Si oui, essayez de prendre leurs coordonnées afin qu’ils témoignent en votre faveur.
- 3.Vous devrez ensuite faire le constat, même seul(e). Même sans la partie adversaire, ce document est la véritable preuve des événements.
- 4.Puis déposer plainte auprès d’un bureau de police

Délit de fuite et indemnisation

Concernant l’indemnisation, si vous avez une assurance auto tous risques, votre assureur prendra en charge les dommages. Si vous disposez plutôt d’une couverture au tiers, vous pouvez vous rapprocher du FGAO. Le Fonds de garantie des assurances obligatoires permet de venir financièrement en aide aux victimes d’un délit de fuite ou si le responsable n’est pas connu.

Enfin, sachez que l’on ne parle pas uniquement de délit de fuite pour les automobilistes. Tous les appareils terrestres à moteur mais aussi les bateaux et les piétons sont concernés par les sanctions découlant de cet acte.

Avis sur «Assurance auto : comment réagir face à un délit de fuite ?»

Publiez votre avis