Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Volvo 960 six cylindres

<< Retourner au Guide

02_Volvo_960_6_Cyl_440

 

C’est en 1982 que Volvo a présenté son nouveau haut de gamme, sous l’appellation 760. Berline (puis break) de grande taille, la voiture héritait alors du moteur PRV 6, à l’élaboration duquel la marque suédoise avait directement contribué (rappelons que ce V6 a été étudié et produit en commun par Peugeot, Renault et Volvo, d’où ce sigle).

 

Ce moteur assez volumineux trouvait ainsi plus de place sous ce vaste capot que sous celui de la 264, où il était monté depuis 1974.Malgré le rapprochement entre Renault et Volvo, on savait que tout n’allait pas pour le mieux entre les trois partenaires.

 

Une nouvelle ligne ?

01_Volvo_960_6_Cyl_440

On ne peut pas vraiment dire que la ligne de la 960 soit nouvelle. Il faut, en revanche, souligner l’amélioration de l’arrière du véhicule qui, sur la Série 700 (ci-dessus) apparaissait comme taillé à coups de serpe. Ligne du pavillon arrondie, lunette arrière affleurante, coffre de malle rehaussé et un peu galbé, feux arrière généreux en deux parties (dont une solidaire du coffre) participent à ce nouveau look d’un arrière plus agréable mais cette fois sans grande originalité. On regrettera une fois de plus que le plancher du coffre ne soit pas totalement plat (même s’il est moins tourmenté qu’autrefois). L’évolution de la ligne fait passer avantageusement le Cx de 0,41 à 0,36.

 

Alors que les constructeurs français s’orientaient vers un nouveau développement du V6 (coiffé désormais d’une culasse 24 soupapes), Volvo a décidé la rupture et opté pour la réalisation d’un tout nouveau moteur ; une entreprise difficile et rare de nos jours, mais qui se révélera sûrement payante à terme.Conscient des critiques portées depuis longtemps sur la ligne de la berline, le constructeur a restylé l’arrière du véhicule et fait bénéficier tout son haut de gamme des améliorations intérieures réservées jusqu’alors à la 760 GLE : ainsi est née la nouvelle série 900.

 


Un tout nouveau groupe motopropulseur

Plus que d’un nouveau moteur, c’est d’un tout nouveau groupe qu’il faut parler, puisque moteur et boîte automatique n’ont plus grand chose à voir avec la mécanique antérieure de la 760.Volvo passe du six cylindres en V au six cylindres en ligne.

 

Il s’agit d’un moteur tout alliage d’aluminium coulé sous pression, composé de 5 éléments : bloc-cylindres, culasse, couvre-culasse, carter inférieur et carter d’huile.

 

Du nouveau sous le capot
03_Volvo_960_6_Cyl_14504_Volvo_960_6_Cyl_145

05_Volvo_960_6_Cyl_145

Avec la 960, Volvo passe du V6 au six cylindres en ligne. Le magnifique groupe (en haut, à droite) bénéficie d’une technologie d’avant-garde qui en tait l’un des plus modernes du marché. Le moteur tout alliage d’aluminium (culasse et bloc) est associé à une boîte de vitesses automatique (en haut, à gauche) à trois programmes de conduite et à fonction frein moteur automatique, comme peuvent en rêver bien des possesseurs de voiture à transmission automatique. L’ensemble retrouve une configuration de châssis (en haut, au centre) proche de celle de l’ancienne 760. A noter un différentiel autoblocant dont les réactions agissent directement sur le fonctionnement de la boîte.

 

Le poids de ces composants de base du moteur ne dépasse pas 64 kg, un record en la matière. Avec son équipage mobile et ses accessoires, il n’accuse que 164 kg sur la bascule. Moteur presque carré (la course n’excède l’alésage que de 7 mm), le nouveau six cylindres est aussi extrêmement compact puisque sa longueur n’est que de 604 mm.

 

Avec un alésage de 83 mm et une course de 90 mm, il affiche exactement 3 922 cm3. La conception de ce moteur a fait largement appel à l’électronique, les études ayant débouché sur la réalisation d’un ensemble très moderne, adoptant des solutions originales, voire inédites.

 

Interaction moteur/boite

La boîte de vitesses automatique de la Volvo 960 intègre un microprocesseur qui communique avec l’unité de gestion électronique du moteur, ce qui garantit une progressivité constante du passage des vitesses. Lorsque, par exemple, on enfonce brutalement la pédale d’accélérateur, un à-coup risque de se taire sentir du fait de l’augmentation brusque de la puissance et du couple du moteur dans un tel cas, l’enclenchement du rapport inférieur détermine un signal, communiqué à l’unité de gestion du moteur, laquelle, durant une fraction de seconde, réduira couple et puissance, pour éviter cet à-coup désagréable, sans préjudice pour l’accélération ou la reprise. A signaler aussi le graissage "à vie" de la boîte de vitesses qui n’a donc pas besoin d’être vidangée périodiquement.

 

A noter, par exemple, les sept paliers des arbres à cames directement intégrés à la fonderie du couvre-culasse, et le demi-carter inférieur formant une semelle très rigide, moulée autour des chapeaux de paliers (en fonte).

 

Dans le même esprit, les chemises, également en fonte, ne sont pas rapportées, mais directement incluses lors de la fonderie du bloc-cylindres, une solution totalement inédite ; Volvo est actuellement le seul constructeur européen à produire un bloc en fonderie d’aluminium intégrant des éléments en fonte.

 

06_Volvo_960_6_Cyl_440

Le magnifique moteur six cylindres en ligne tout alliage léger de la Volvo 960.

 

 Le nouveau moteur marque aussi la disparition de nombreux joints et, en particulier, du fameux joint de culasse, les liaisons s’effectuant par des joints "liquides", en quelque sorte par collage.

 

Autre innovation, la pompe à eau et la pompe à huile sont également intégrées à la fonderie du bloccylindres, ce qui témoigne de la confiance du constructeur dans ces composants.

 

Le laser a été mis à contribution pour mesurer avec la plus grande précision la vitesse du flux gazeux dans les chambres de combustion, ainsi que la répartition du carburant pendant la combustion. On a pu déterminer ainsi de façon idéale la taille et le dessin des chambres de combustion, pour un rendement optimal, favorisé également par un collecteur à chambre sphérique d’où partent des conduits d’égale longueur.

 

Toujours pour favoriser le remplissage des cylindres, on a bien sûr opté pour une culasse à 24 soupapes, commandées par deux arbres à cames en tête, agissant sur des poussoirs hydrauliques attaquant directement les queues de soupapes, inclinées à 29°.

 

Confort et sécurité

07_Volvo_960_6_Cyl_145Comme sur l’ancienne 760 OLE, la 960 bénéficie d’un très bel intérieur cuir, les sièges ayant été légèrement redessinés. On appréciera l’appuie-tête central aux places arrière, et surtout le siège entant de sécurité.., non encore homologué en France.

 

L’entraînement des ACT se fait par courroies crantées. Injection et allumage bénéficient d’une grande précision grâce au système Bosch Motronic M 1.8.

 

Outre un grand nombre de capteurs permettant d’affiner au plus précis les paramètres fournis par le puissant calculateur du système, on trouve désormais une bobine par bougie délivrant quelque 40 000 V à chaque bougie, sans l’intermédiaire d’un distributeur classique et des traditionnels câbles, d’où l’absence de toute perte électrique, source de baisse de rendement, voire de court-circuit.

 

L’absence de ces fils ne manque pas de surprendre lorsqu’on ouvre le capot. Le rendement obtenu par ce moteur est remarquable puisque 80% du couple est obtenu dès 1000 tr/mn (21,4 m.daN). La courbe en est très plate, signe d’une grande souplesse, 90% au moins du couple maxi étant disponible entre 2 900 et 6 000 tr/mn. Dores et déjà, la puissance maxi dépasse les 200 ch, ce qui place le moteur Volvo en très bonne place face à la concurrence.

 

Un effort important a été fait pour limiter les opérations d’entretien vidange du moteur tous les 15 000 km, remplacement des bougies tous les 45 000 km et des courroies tous les 75 000 km.

 


La transmission

Berline et break

08_Volvo_960_6_Cyl_440

Comme l’était la 760, la Volvo 960 est proposée en berline et en break.

 

Le haut de gamme Volvo reste associé à la boîte automatique. On est passé ici de la curieuse (mais agréable) boîte à 3 rapports + overdrive, à une transmission automatique très sophistiquée à 4 rapports et 3 programmes de conduite - économique (E), sportif (S) et hivernal (W) , intégrant une fonction frein moteur automatique en descente, et un contrôle, également automatique, du glissement lors des changements de vitesses.

 

Le programme E" limite la consommation de carburant en évitant les hauts régimes (qui restent cependant autorisés, en cas de besoin, par le kick-down). Mais c’est le programme W" qui apparaît le plus original, en permettant pratiquement de disposer d’une boîte mécanique, mais en évitant les démultiplications importantes, source de patinage.

 

Ainsi, lorsqu’on est en position D, la voiture démarre lentement en 3e pour passer ensuite doucement en 4e. Associée au différentiel à glissement limité, ce programme facilite considérablement le démarrage sur sol gelé ou enneigé. Un témoin lumineux, au tableau, indique l’entrée en fonction de ce programme.

 

Quant à la fonction frein moteur, elle entre en action automatiquement dès que le conducteur relâche la pédale d’accélérateur, et que la voiture continue à prendre de la vitesse.

 


Volvo 960 six cylindres : spécifications techniques

09_Volvo_960_6_Cyl_440

 

Moteur Volvo B6304F

Alésage 83 mm

Course 90 mm

Cylindrée 2 922 cm3

Nombre de cylindres 6

Disposition des cylindres en ligne

Distribution 2 arbres à cames en tête

Nombre de soupapes 24

Puissance maxi 204 ch à 6 000 tr/mn

Couple maxi 26,7 m.daN à 4 300 tr/mn

Alimentation injection électronique Bosch Motronic M 1.8

Allumage géré électroniquement avec l’injection, induction directe (une bobine par cylindre)

Transmission propulsion à différentiel autoblocant

Boîte de vitesses automatique à 4 rapports et 3 programmes de conduite (économique, sportif et hivernal), fonction frein moteur automatique

Suspension avant à roues indépendantes, type McPherson triangulé, bras oscillants inférieurs, barre stabilisatrice

Suspension arrière (berline) roues indépendantes à bras multiples "Multilink", bras porteurs, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs hydrauliques, barre stabilisatrice, correcteur d’assiette

Suspension arrière (break) essieu rigide, barre Panhard, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs hydrauliques, barre stabilisatrice, correcteur d’assiette.

Freins à disque (ventilé à l’avant) antiblocage Bosch

Roues en alliage léger, 6 x 15"

Pneumatiques 195/65 VR 15

Direction à crémaillère, assistée

Performances

  • vitesse de pointe berline : 213 km/h - break : 211 km/h
  • 0 à 100km/h berline : 8,9s - break : 8,9s

Consommations (selon normes CEE)

  • à 90 km/h 8,2l/100 km
  • à 120 km/h 10,2l/100 km
  • cycle urbain 14,5l/100 km

 

Photos Christian Pessey

 

Volvo-440

 



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Volvo 960 six cylindres
Volvo C70 (2013)
Volvo S80 (2012)


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques