Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Simca Aronde

<< Retourner au Guide

Une hirondelle à Poissy : la Simca Aronde

01_Aronde_420

D’abord distributeur, en France, des produits Fiat, H.T. Pigozzi a fondé en 1934 la Société Industrielle de Mécanique et de Carrosserie (d’où le signe S.I.M.C.A., devenu rapidement Simca). De distributeur-importateur, Pigozzi devient vite constructeur, en produisant dès 1935 des Fiat sous licence dans l’ancienne usine Donnet de Nanterre. Les Simca 5, 6 et 8 seront ainsi les versions françaises, respectivement des Fiat 500 Topolino.
La première voiture originale de la marque est sans doute la Simca-Huit-sport, conçue sur une mécanique de 8, mais superbement carrossée par Facel. Nous sommes en 1949, à une époque où Pigozzi confirme sa détermination de lancer une véritable nouvelle voiture française, projet qui a justifié une aide substantielle officielle dans le cadre du plan Marshall.

Une nouvelle voiture ou une voiture nouvelle ?

Le 31 mai 1951, c’est la présentation de la Simca 9, aussitôt baptisée "Aronde" et pour certains "la" ronde, en référence à des formes enveloppées rompant cependant délibérément avec celles des Fiat-Simca antérieures.
Nouvelle esthétiquement, la voiture reprend cependant une architecture très classique (moteur longitudinal avant, propulsion) et une motorisation éprouvée, dérivée du quatre cylindres de la 8 (porté ici à 1 221 cm), d’ailleurs testé par la clientèle sur les dernières versions de ce modèle.
Malgré des débuts de production difficiles, liés aux ultimes pénuries industrielles de l’après-guerre, l’Aronde connaît aussitôt le succès. Rapide (elle roule facilement à 120-130 km/h), sobre, économique à entretenir, assez confortable (en dépit d’un essieu arrière sautillant) et spacieuse, elle rassure par son architecture traditionnelle et séduit par son brio et, d’une certaine façon, par son originalité (elle ne possède plus un seul embouti commun avec une Fiat).

Une mécanique simple

L’Aronde est une caisse ponton autoporteuse à caisson armé (c’est l’un des atouts de la voiture au plan de la sécurité), à roues indépendantes à l’avant, avec ressorts hélicoïdaux, et train arrière rigide à pont hypoïde (les premiers modèles étaient cependant livrés avec un pont Gleason), à ressort à lames transversal semi-elliptique et amortisseurs télescopiques. Son moteur est un quatre cylindres en ligne à soupapes en tête, arbre à cames latéral, bloc en fonte et culasse en aluminium. C’est fiscalement une 7 CV, ce qui la met directement en concurrence avec la 203 et, dans une certaine mesure, avec la Traction, alors en fin de carrière.

 


Une rapide évolution

03_Aronde_420
Dès après son lancement, entre 1951 et 1953, la voiture est proposée dans une gamme complète berlines 4 portes Quotidienne (économique) et Luxe, coach 2 portes Grand Large, break Commerciale (qui deviendra Châtelaine) et Messagère (tôlée), et utilitaire Intendante (camionnette bâchée), sans oublier une 2 portes découvrable Plein Ciel (qui restera à l’état de projet) et la version 9 du cabriolet Simca-Sport. Aucune voiture de l’époque n’est proposée dans une gamme aussi étendue.

"100 000 à 100"

Pour démontrer la fiabilité de l’Aronde, une voiture strictement de série, prise au hasard sur la chaîne par des huissiers, va être lancée dans un défi comme on aime à s’en lancer en 1953 parcourir 100 000 km à 100 km/h de moyenne en ne s’arrêtant que pour l’entretien courant et les ravitaillements.
Le succès sera total, l’Aronde ayant finalement parcouru quelque 116 000 km à 104,07 km/h en moins de 50 jours, battant ainsi 37 records du monde sur l’autodrome de Montihéry, qui constitueront un atout publicitaire majeur. En 1957, une Aronde fera mieux encore, en couvrant une distance comparable à 113,10 km/h de moyenne, s’adjugeant cette fois 14 nouveaux records du monde. Pour immortaliser ces exploits et en tirer un juste profit commercial, le nom du célèbre anneau de vitesse sera désormais donné au plus rapide des modèles de la gamme, et ce jusqu’en 1963.

L’Aronde à Poissy

L’année 1954 est marquée par le rachat de l’usine de Poissy à Ford qui permettra à Simca d’entrer dans une nouvelle dimension de production, rendue nécessaire par le succès grandissant de l’Aronde qui atteindra, en 1957, la barre des 500 000 véhicules produits. La modernisation des installations, qui prendra plusieurs années, se concrétisera par la sortie d’une nouvelle robe pour l’Aronde qui, en 1959, devient la P 60 (P semble-t-il pour Poissy et 60 pour marquer l’entrée du modèle dans les années 1960). Sa ligne, plus tendue, mieux équilibrée, et pour tout dire plus moderne, est inspirée de celle du cabriolet Océane et du coupé Plein Ciel, sortis fin 1956, dont on avait pu saluer l’élégance ; une élégance qui n’était pas sans rapport avec celle du fameux cabriolet Ford Thunderbird, dont la voiture s’inspirait. Progressivement, toutes les versions d’Aronde passent en P 60, sous des appellations généralement proches des anciennes.
Dans un premier temps, la P 60 conserva strictement la mécanique de l’Aronde, mais en septembre 1960, ce sera l’apparition du moteur Rush, qui se substitue au Flash utilisé depuis l’origine de l’Aronde. Son architecture est proche, mais il adopte un vilebrequin 5 paliers et un épurateur d’huile centrifuge en bout de vilebrequin. Sa version la plus poussée (Rush Super M) atteindra 70 ch.
Le modèle 1960 fut marqué par l’adoption d’une nouvelle suspension arrière dite "mixte" conservant l’inconfortable ressort à lames transversal, mais l’associant à deux ressorts hélicoïdaux. Pour le reste, la P 60 demeure globalement de conception identique à l’Aronde.
Lorsque la production de la P 60 fut interrompue en 1963, près de 1,3 million d’Aronde avaient été produites, faisant entrer Simca dans le concert des grands constructeurs mondiaux. Une place que, malheureusement, la marque de Poissy ne saura pas préserver dans les années 1970.
06_Aronde_420

 


L’envol de Simca

02_Aronde_150Après le succès d’estime des Simca 5, 6 et 8, l’Aronde (dans sa version Montlhéry) concrétise le véritable envol économique de la marque. Éprouvé sur la Simca 8, le moteur de l’Aronde a subi aussi le terrible test de la compétition, en F1, grâce au "sorcier" Amédée Gordini, dont les monoplaces s’illustrèrent sur les plus grands circuits.

La ronde Aronde

04_Aronde_150La nouvelle Simca est la première voiture française d’après-guerre de forme ponton, intégrant complètement les projecteurs et les ailes arrière. La ligne est fluide et un peu "rondouillarde", et elle séduit un public avide de nouveautés. L’Aronde est présentée dans une gamme étendue, comprenant en particuler cette Grand Large, version 2 portes à vitres latérales totalement escamotables, sans montant central, comme on en voit alors aux États-Unis. Toutes les Aronde utilisent le moteur Flash, identifiable à l’inscription portée sur le côté gauche du cache-culbuteurs.
05_Aronde_150L’Aronde entrera dans la légende grâce aux nombreux records du monde qu’elle battra sur l’autodrome de Montlhéry, judicieusement exploités commercialement et symbolisés, sur l’arrière de toutes les voitures, par un logo représentant un globe terrestre avec l’inscription "Records du monde".

La seconde génération

08_Aronde_150La P 60 appartient à la seconde génération d’Aronde. Directement inspirée de la ligne des nouvelles Simca-Sport Océane et Plein Ciel, elle séduit par ses lignes tendues et une indéniable élégance, qui assureront son succès de 1959 à 1963. Sur les flancs, deux grandes flèches décoratives, celle de droite étant surmontée de la signature "P 60", qui disparaîtront en 1961.

Nouvelle planche de bord

09_Aronde_150La P 60 bénéficie d’une nouvelle planche de bord et d’un nouveau compteur de vitesse, à ruban puis à aiguille. La commande des vitesses reste, bien sûr, au volant. L’aménagement intérieur témoigne du souci de la marque de compenser un confort pénalisé par un essieu arrière rigide un peu sautillant. L’adoption d’une suspension mixte, associant des ressorts hélicoïdaux au ressort à lames transversal améliorera un peu les choses.
Outre une sellerie d’assez bonne qualité à banquette à dossiers séparés réglables à l’avant (sièges Autogalbes 3D), on remarque les cendriers dans les portières arrière et l’emplacement pour un poste de radio au centre de la planche. Dès 1956, l’Aronde possède un lave-glace, équipement rare à l’époque. Elle est en outre pourvue d’un bon système de climatisation à chauffage efficace.
07_Aronde_420

 


Évolution des spécifications du moteur de l’Aronde et de la P 60

10_Aronde_420

Moteur 701 (1951-1955)

Alésage x course 72 mm x 75 mm
Nombre de cylindres 4
Cylindrée 1 221 cm3
Disposition des cylindres en ligne
Taux de compression 6,7/6,8 : 1
Puissance maxi 45 ch à 4 500 tr/mn
Couple maxi 8,45 mkg à 2 600 tr/mn
Puissance fiscale 7 CV

Moteur 301 Flash (1956-1958)

Alésage x course 74 mm x 75 mm
Cylindrée 1 290 cm3
Taux de compression 6,7/6,8 : 1
Puissance maxi 48 ch à 4 800 tr/mn
Couple maxi 9 mkg à 2 300 tr/mn

Moteur 301 S Flash Spécial (1956-1958)

Taux de compression 7,8 : 1
Puissance maxi 57/60 oh à 5 300 tr/mn
Couple maxi 9,2 mkg à 3 100 tr/mn

Moteur 306 Flash 6 (1956-1959)

Alésage x course 68 mm x 75 mm
Cylindrée 1 090 cm3
Taux de compression 7,2 : 1
Puissance maxi 40 ch à 4 600 tr/mn
Couple maxi 7,5 mkg à 2 600 tr/mn
Puissance fiscale 6 CV

Moteur 312-5 Rush (1960-1963)

Alésage x course 74 mm x 75 mm
Cylindrée 1 290 cm3
Taux de compression 7,2 : 1
Puissance maxi 52 ch à 4 600 tr/mn
Couple maxi 9,6 mkg à 2 500 tr/mn
Puissance fiscale 7 CV

Moteur Rush Super (1960-1963)

Taux de compression 8,5 : 1
Puissance maxi 62 oh à 5200 tr/mn
Couple maxi 10,2 mkg à 2 600 tr/mn
Puissance fiscale 7 CV

Moteur 312 M Rush Super M (1960-1963)

Taux de compression 8,5 : 1
Puissance maxi 70 ch à 5200 tr/mn
Couple maxi 11 mkg à 2 900 tr/mn

Talbot-440

 



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Simca Aronde
Simca 1000 Rallye
Simca 1000


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques