Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Simca 1000 Rallye

<< Retourner au Guide

Filles et rivales des Gordini : les Simca 1000 Rallye

07_817_420

La Simca 1000, dévoilée pendant l’été 1961, fut la première "tout-à-l’arrière" de la marque, qui prétendait ainsi venir concurrencer le grand succès de l’époque, la Dauphine de Renault. En fait, malgré son indéniable succès, elle apparaît rapidement moins habitable (et surtout moins performante), cette réputation tenant certainement pour beaucoup à l’image de la Dauphine Gordini.Chez Simca, on connaît bien les capacités du "sorcier" Gordini, avec qui on a travaillé avant qu’il ne s’établisse à son compte. Une collaboration qui valut à la marque nombre de succès flatteurs avant-guerre Bol d’or, Rallye de Monte-Carlo, 24 heures du Mans. Aussi, les succès de la Renault 8 Gordini dès son apparition donnent-ils des idées à ceux qui collaborèrent jadis avec "Monsieur Amédée". Ils s’efforcent de convaincre leur direction qu’un retour à la compétition peut être bénéfique à Simca.Ces "mordus" de la mécanique obtiennent enfin finalement gain de cause, à une époque où tout sourit au sport mécanique français et où une pépinière de jeunes pilotes sort de la Coupe Gordini et du Volant Elf. Dans le plus grand secret, on fourbit à Poissy l’arme de la revanche, lorsque l’incroyable nouvelle tombe : Renault abandonne la R8 Gordini, fin 1970, sur un palmarès foisonnant, pour passer à la traction avant avec la 12 Gordini.Les puristes du "tout-à-l’arrière" ont un haut-le-cour. Mais chez Simca, on n’est pas encore vraiment prêt pour attaquer de front les bolides carrés bleu de France à bandes blanches. Néanmoins, les commerçants de Simca n’attendent pas pour mettre sur le marché une 1000 Rallye, qui n’a de sportif que le nom, il s’agit en fait de la Simca 1000 Spécial, dotée d’un poste de pilotage "sport", avec siège baquet et dont la ligne, volontairement dépouillée, est soulignée par une caisse de couleur orange à bandes noires.

 


L’appétit en courant

02_817_420

Toutefois, la petite 1000 Rallye donne déjà des idées à nombre de préparateurs. Mais il reste beaucoup de travail à faire pour obtenir un véritable engin de compétition, comme le démontrent les multiples incidents mécaniques qui terminent prématurément la carrière des premières Rallye engagées en compétition. Ce n’est d’ailleurs pas tant le moteur qui se trouve en cause, que la direction qui manque de précision (fâcheux sur une voiture au tempérament nettement sousvireur) et la suspension avant, dont le ressort transversal à lames encaisse très mal les accélérations et freinages brutaux et répétés qui sont le lot sur les circuits.En réunissant les améliorations apportées, ici et là, par quelques préparateurs de talent, et forts des leçons apprises jadis au contact d’Amédée Gordini, les spécialistes de Simca conçoivent une nouvelle version : la "Rallye 1". En fait, c’est une nouvelle voiture.
D’abord, on a complètement revu les suspensions, désormais réglées pour la compétition. En particulier, les roues avant ont un carrossage nul et les roues arrière prennent ce carrossage négatif prononcé (3 degrés) qui reste l’une des marques des tout-à-l’arrière sportives ce réglage améliore en effet la stabilité de cap, spécialement par vent de travers, et facilite les corrections de trajectoire lorsque la voiture est en appui latéral prononcé.La Simca 1000 Rallye reste équipée d’une suspension avant à ressort à lames transversal, solution qui paraît déjà à l’époque dépassée. Toutefois, les techniciens de Simca sauront améliorer ce montage pour qu’il donne toute satisfaction, notamment en renforçant la fixation centrale du ressort afin d’encaisser les réactions induites lors des freinages et des accélérations. La suspension arrière est également renforcée, par soudage d’un renfort en tôle de 3 mm d’épaisseur à l’intérieur de la face des bras de suspension supportant les moyeux. On ajoute un petit volant sport, avec un nouveau flector de colonne de direction, pour améliorer la précision en conduite rapide. Une conduite désormais possible avec les 60 ch que le nouveau moteur de 1 294 cm3 donne (à 5 400 tr/mn) avec un carburateur simple corps vertical inversé Weber 34 BICSA.

 


Montée en puissance

10_817_420

Le succès de la Simca 1000 Rallye I fut immédiat. Et les préparateurs se découvrirent enfin une base mécanique apte aux meilleures performances. Le nouveau moteur reprenait l’architecture générale de celui de l’Aronde, dans sa version "Rush Super", avec cependant un embiellage complètement nouveau, du fait du choix d’une configuration super carrée : alésage 76,7 mm, course 70 mm. Ce moteur, qui poursuivra sa carrière sur les Simca 1100, puis les Talbot/Horizon et 1307-1510, offre en effet un grand potentiel de développement, grâce notamment à la robustesse de son vilebrequin à 5 paliers, en acier estampé (une caractéristique qui fit un temps la célébrité des moteurs Simca).14_817_150Il s’agit d’un 4-cylindres en ligne à bloc-cylindres en fonte alliée, dans lequel les cylindres sont directement alésés. La culasse en alliage d’aluminium abrite les chambres de combustion en "toit", avec des soupapes en tête, inclinées à 80°. L’arbre à cames latéral, situé environ à mi-hauteur entre la ligne d’arbre et le plan de culasse, est entraîné par une chaîne double. Il commande les soupapes par l’intermédiaire de poussoirs, tiges et culbuteurs. Cette architecture, très classique pour l’époque, permettra à nombre de mécaniciens-préparateurs d’accroître les performances du moteur des Rallye engagées dans les compétitions locales par des pilotes-amateurs, qui se formeront ainsi moyennant un budget très raisonnable.

 


Rallye 2 : la vraie "bête de course"

09_817_420

D’ailleurs, forts des premiers succès des Rallye I en compétition, les techniciens de Simca reprennent les modifications couramment apportées par les meilleurs préparateurs pour concevoir la Rallye 2, qui apparaît au catalogue en septembre 1972. Il s’agit alors d’un véhicule pouvant être engagé en compétition tel quel, moyennant simplement le montage de quelques équipements (ceintures 4 points, arceaux de sécurité) et bien évidemment des réglages affinés pour le moteur et les suspensions.15_817_150Sans toucher à la cylindrée du moteur, on porte sa puissance à 82 ch à 6 000 tr/mn, tout simplement en remplaçant le carburateur simple corps par deux double corps horizontaux Solex 35 PHHE, avec une aspiration par 4 filtres-trompettes ; bien entendu, l’arbre à cames a été retouché, avec une loi de distribution modifiée et une levée de soupapes accrue.Pour faire face à cette augmentation des performances (le couple a été également accru, de 9,36 m.daN à 2 800 tr/mn, il passe à 11 m.daN à 4 400 tr/mn), le carter d’huile à fond lisse de 3 litres cède la place à un carter aileté de 4 litres, tandis que le circuit de refroidissement est sensiblement renforcé ; le radiateur est désormais placé à l’avant (ce qui, au passage, améliore la répartition des masses) et doté d’un ventilateur électrique thermostaté.
On améliore évidemment en proportion les débits des pompe à huile et pompe à eau, le circuit de refroidissement sous pression devenant du type hermétique scellé.La Rallye 2 bénéficie de nombreuses autres évolutions. Ainsi, la dynamo est remplacée par un alternateur de 35 A, mieux adapté pour alimenter la batterie de projecteurs à iode qui équipent les voitures engagées en rallyes. Par ailleurs, les freins arrière à tambour cèdent la place à des freins à disque Bendix, à étrier flottant monopiston, tandis que les freins avant à disque reçoivent des étriers fixes à deux pistons.La boîte-pont est également renforcée, ainsi que l’embrayage, dont la commande est volontairement durcie. Enfin, nombre d’équipements en option sur la Rallye I sont désormais montés en série sur la Rallya-21. qui peut également être équipée de projecteurs de base à iode H4.Au catalogue Simca, la Rallye 2 est proposée en "jaune Rallye" ou "blanc Tacoma", avec les signes distinctifs d’une "bête de course" capot noir, écusson, bandes noires. Mais elle peut également être livrée unie, sans signes extérieurs, pour ceux qui préfèrent personnaliser leur véhicule.

 


A l’assaut du Groupe 2

08_817_150Ainsi construite, la Simca Rallye 2 montre très vite ses possibilités en réussissant, pour la première fois, à mener le train dans nombre de compétitions de classe internationale. Les pilotes qui l’ont adoptée après le retrait des R8 Gordini retrouvent avec enchantement le comportement des bolides bleus suprême consécration pour les techniciens obscurs qui ont laborieusement cherché à retrouver les secrets du "sorcier" Gordini.
Manifestement, cet engin doit se trouver à son aise dans le "Groupe 2" où s’affirmeront tous les grands pilotes de rallyes des années 70 et 80. D’autant plus que la base mécanique est encore perfectible, estiment les spécialistes.C’est ainsi que le service Compétition" de Simca-Chrysler développe un kit Groupe 2, qui porte la puissance du moteur à 103 ch DIN, soit l’équivalent du moteur 1300 des dernières R8 Gordini. Cette transformation porte essentiellement sur l’adaptation d’une nouvelle culasse, amenant le taux de compression à 10,3/1, et le montage de deux carburateurs double corps horizontaux Weber 40 DCOE. Le filtre d’admission est purement et simplement remplacé par une boîte de tranquillisation où débouchent les 4 trompettes d’admission. Elle est fixée sur les carburateurs au moyen d’une plaque de liaison et assure également le recyclage des vapeurs d’huile.Pour éviter le risque d’affolement des soupapes (ce moteur atteint très vite les 7 000 tr/mn), celles-ci sont rappelées par deux ressorts concentriques. Le tarage du clapet de la pompe à huile est renforcé et le circuit de contrôle de pression amélioré. Enfin, le nouvel arbre à cames se caractérise par une loi de distribution ’ surcroisée", favorisant les montées en régime et donnant à la Rallye 3 sa sonorité spécifique.

 


De la Rallye 1 à la Rallye 2

01_817_150Le 4-cylindres culbuté de 1 294 cm3 à carburateur simple corps qui servit de base à tous les développements des Simca Rallye de compétition, apparut en février 1971 sur la Rallye 1. Ses 60 ch constituaient un progrès sensible sur les 49 ch du moteur de 1 118 cm3 de la première Rallye, qui n’était autre que le groupe standard de la Simca 1000 dans sa version "1000 Spécial". La Rallye 1 est en fait la première véritable sportive de la lignée ; elle inaugure notamment le train arrière à carrossage négatif prononcé.Équipée d’un alternateur, elle bénéficie de suspensions améliorées et renforcées et d’un volant sport ; sa vitesse de pointe atteint 155 km/h. Un travail "à la Gordini" donne naissance, en septembre 1972, à la Rallye 2, dont le moteur porté à 82 ch lui permet d’atteindre les 170 km/h.

La genèse d’une famille

La Simca 1000 Rallye de 1970 (Photo) n’était qu’une version de la 1000 Spécial, dont on voulait ainsi relancer les ventes languissantes en jouant sur l’aspect "sport" de la voiture auprès d’une clientèle jeune, passionnée à l’époque par les prouesses de la nouvelle génération de pilotes français.La Simca 1000 Rallye 1 (Photo) fut la première de la lignée offrant réellement des capacités sportives, grâce notamment à un moteur plus puissant et à la modification de ses suspensions. Mais il faudra attendre la Rallye 2 (Photo) pour que naisse enfin une véritable rivale de la RB Gordini, comparable en rapport puissance/poids et dotée d’une mécanique plus fiable. La mise au point d’un kit "Groupe 2" donnait vite naissance à une catégorie spéciale de Simca 1000 Rallye 2, reconnaissables notamment à leur spoiler, leurs ailes élargies et leurs jantes en croix (Photo). Le montage de ce kit en série donnera la Rallye 3, dernière de la lignée.

 


Une ligne très personnelle

La ligne de la Simca 1000 traduit la "mode" des années 60, marquée par les règles du "nouveau design", basées sur des concepts géométriques (la fameuse école du Bauhaus). On retrouve ces lignes anguleuses sur les NSU, les Fiat 1300-1500, puis 124, 125 et 128, ainsi que sur la Peugeot 404 et, bien entendu sur les Renault 8 et 10. La "personnalisation" conçue pour la 1000 Rallye fut progressivement poussée, avec l’adjonction du becquet, puis du spoiler et des élargisseurs d’ailes.

De la Rallye 2 à la Rallye 3

La Rallye 3 est une Rallye 2 dotée de la plupart des éléments du kit "groupe 2" qui équipait les voitures engagées en compétition. L’évolution porte d’abord sur le moteur, mais également sur la boîte de vitesses, le différentiel, la direction et les suspensions. Divers paramètres sont réglables : chasse, carrossage et pincement du train AV, pincement du train AR, flexibilité de la barre stabilisatrice AR et des amortisseurs.

Moteur

Type : 1 G 4 C, de 1 294 cm3 (Alésage x course = 76,7 x 70 mm) ; arbre à cames spécifique, ressorts de soupapes doublés
Taux de compression : 10,3/1
Puissance maxi : 103 ch à 6 200 tr/mn
Couple maxi : 12,7 m.daN à 4 900 tr/mn
Alimentation : 2 carburateurs double corps Weber 40 DCOE
Allumage : allumeur mécanique Ducellier 6628 ou SEV-Marchal 411.03.102, bougies Champion N 2 (Champion N 60 K pour la compétition).
Direction : crémaillère à 10 dents au lieu de 7, donnant 2,25 tours entre butées.
Suspension : ressort avant spécifique, avec intercalaires alvéolés entre les lames, supports supérieurs d’amortisseurs renforcés, amortisseurs Koni réglables, barre stabilisatrice réglable ajoutée à l’arrière.
Boîte de vitesses : satellites et planétaires de différentiel forgés, axe du porte satellite moleté.

 


Spécifications techniques de la Simca 1000 Rallye 2

12_817_420

Moteur : type 1 G 4, 4-cylindres, longitudinal AR, incliné de 150 vers la gauche
Cylindrée : 1 294 cm3
Alésage x course : 76,7 x 70 mm
Distribution : arbre à cames latéral, entraîné par chaîne double, actionnant les soupapes en tête par l’intermédiaire de poussoirs, tiges et culbuteurs.
Nombre de soupapes : 8
Taux de compression : 9,8/1
Puissance maxi : 82 ch à 6 000 tr/mn
Couple maxi : 11 m.daN à 4 400 tr/mn
Alimentation : 2 carburateurs double corps Solex, type 35 PHHE 4
Allumage : allumeur mécanique Ducellier, type 4421 A, bobine Ducellier 2772, boulies Champion N 6 Y
Transmission : roues AR motrices, embrayage monodisque à sec, à diaphragme, commande hydraulique
Boite de vitesses : boîte-pont à 2 arbres et 4 rapports synchronisés plus marche AR, synchros type Porsche
Suspension avant : ressort transversal à lames, amortisseurs hydrauliques télescopiques thermostatiques à double effet différentiel, barre stabilisatrice
Suspension arrière : roues indépendantes, bras tirés oscillants articulés sur une traverse, ressorts hélicoïdaux avec amortisseurs coaxiaux (analogues aux amortisseurs avant)
Direction : à crémaillère, 3,2 tours entre butées
Freins : double circuit de commande, maître-cylindre tandem sans assistance, 4 disques pleins, étriers fixes à 2 pistons coaxiaux à l’avant, étriers flottants mono-pistons à l’arrière
Longueur x largeur : 3 811 x 1 485 mm
Empattement : 2 220 mm
Poids à vide : 860 kg
Vitesse maxi : 170 km/h

 


Le retour du "bleu Talbot"

11_817_150On peut encore voir, dans quelques courses locales, s’aligner des Simca 1000 Rallye 3. Celle-ci, peinte en "bleu Talbot" est une authentique Rallye 2 "kittée Groupe 2", encore capable de tenir la dragée haute à des Mini Cooper, voire également aux dernières Renault 12 Gordini, pour peu que son pilote n’hésite pas à se donner les frissons des virages négociés "plein travers", situation où la Simca exprime toutes ses qualités.

Aux commandes du vif-argent

16_817_150Le poste de pilotage des Rallye 2 et 3 a vraiment été conçu pour la compétition, plus que pour le tourisme, avec son volant sport à 3 branches et son tableau de bord aux cadrans circulaires, où les indicateurs de pression d’huile et de température d’eau encadrent opportunément le tachymètre et l’indicateur de vitesse. L’aménagement est spartiate, mais les sièges-baquets conviennent parfaitement pour permettre au pilote de faire corps avec son engin.

Le travail des préparateurs

13_817_150Le kit "Groupe 2", qui équipera toutes les Rallyes 3 à partir de l’année-modèle 1978, comporte une culasse spéciale équipée des deux gros carburateurs double corps directement montés derrière quatre trompettes d’aspiration. Pour être autorisées à circuler sur route, les Simca 1000 Rallye 3 doivent être équipées d’un échappement transversal Devil (à gauche, que les pilotes avaient coutume de déposer pour la compétition.

Talbot-440

 



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Simca 1000 Rallye
Simca 1000
Simca Aronde


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques