Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Renault 19-16S cabriolet

<< Retourner au Guide

 

01_Renault_19_16S_cab_420
Depuis l’arrêt de la Caravelle 1100 S en 1968, Renault n’avait plus d’offre sur le marché des cabriolets. Or, de 1985 à 1990, les ventes de cabriolets en Europe sont passées de 36 000 à 99 000 unités. Et l’année 1991 n’a fait que poursuivre cette ascension. Avec 44 000 unités vendues en 1990, l’Allemagne constitue le principal marché européen des cabriolets, suivi par la Grande-Bretagne (près de 20 000) et la France (un peu plus de 10 000).
Cela explique pourquoi Renault s’est associé avec le grand spécialiste allemand du cabriolet, le carrossier Karmann, pour concevoir et fabriquer le véhicule qui replace la marque dans un domaine où, avantguerre, ses Primastella, Vivasport, Nervasport, Reinasport et Nerva Grand Sport régnèrent souvent en maîtres, sans parler des Primaquatre et autres Monaquatre.
C’est sur la base de la 19 que Renault a réalisé son nouveau cabriolet, se plaçant délibérément sur la partie du marché la plus importante (65 % du total), où elle vient concurrencer les VW Golf, Opel Kadett, Peugeot 205, voire également le cabriolet BMW 3.25. Or, la Renault 19 s’est déjà attiré une très bonne réputation, notamment outre-Rhin, pour ses capacités routières autant que pour sa qualité de finition et sa fiabilité. Avec la signature de Karmann, le cabriolet Renault 19 réunit donc tous les atouts pour prendre une place significative sur l’ensemble des marchés européens.
De fait les responsables du projet n’ont accepté aucun compromis en matière de qualité de fabrication et de comportement routier, afin de situer le cabriolet Renault au-dessus de ses concurrents ; au point même que sa commercialisation fut retardée de 6 mois, afin d’éliminer les moindres petits défauts constatés sur la pré-série.

 


Renault 19-16S cabriolet : Grand sport confortable

11_Renault_19_16S_cab_150D’emblée, on a refusé de sacrifier les capacités sportives, permises par la motorisation 16 soupapes, à l’agrément de la conduite en plein air. C’est pourquoi le cabriolet affiche un poids supérieur de 100 kg à celui de la berline.
Cela découle des nombreux renforts apportés à la structure : pieds avant plus épais et renforcés, baie de pare-brise à 4 épaisseurs de tôle et renfort tubulaire, bavolets à 3 épaisseurs de tôle, longeron supplémentaire, pieds milieu à 3 épaisseurs et traverse de liaison supplémentaire, panneaux latéraux renforcés par la traverse supplémentaire et le couvercle du compartiment de capote, tôles et vitres de portières plus épaisses.
Ce travail s’avère payant : contrairement à la plupart de ses concurrents, le cabriolet Renault présente une grande rigidité, ce qui en fait une très bonne plate-forme roulante.
De ce fait, il conserve les qualités routières de la berline ; ce qui a permis de le faire bénéficier des motorisations les plus performantes de la gamme Renault 19, développant respectivement 95 ch (TXE) et 137 ch (16S). Si la version 95 ch constitue déjà une voiture fort agréable, le cabriolet 19-16S se classe d’emblée parmi les grandes réussites du genre, avec un rapport poids/puissance de 8,6 kg/ch. De plus, elle allie des performances hors du lot commun à un confort de conduite également exceptionnel, que la capote soit fermée ou complètement escamotée.
Certains fanatiques des accélérations foudroyantes regretteront peut-être les moteurs turbo dont Renault s’était fait le spécialiste. Mais le 16 soupapes de moins de 1,8 litre qui anime la 16S constitue un groupe brillant, pour peu qu’on n’hésite pas à le faire "chanter" dans ses hauts régimes ; il assure alors des accélérations et des reprises franches, avec des montées en régime bien "rondes", sans les à-coups du turbo.
Ce type de conduite devient un régal, grâce à la qualité de la boîte à 5 vitesses, bien étagée et dont le guidage constitue un modèle du genre. Très discret au-dessous de 4 000 tr/mn, le moteur 16 soupapes émet une sonorité agréable lorsqu’on le monte en régime, sans jamais transmettre des vibrations ou des stridences désagréables dans l’habitacle, même décapoté. La souplesse, qui ne semble pas évidente au-dessous du régime de couple maximum, n’en reste pas moins au rendez-vous, lorsqu’on opte pour une conduite flânante ; là encore, les qualités de la boîte de vitesses, jointes certainement aux performances de l’injection électronique multipoints, expriment la maîtrise des motoristes du bureau d’études de Renault.

 


Sécurité de haut niveau pour la Renault 19-16S cabriolet

09_Renault_19_16S_cab_420
Le cabriolet Renault 19-16S autorise le plaisir de la conduite sportive, grâce à ses grandes réserves de sécurité. Il reprend les trains des berlines, mais avec des réglages plus "sport" : jambes élastiques à triangulation inférieure à l’avant, bras tirés à épure programmée et 4 barres de torsion à l’arrière.
En toutes conditions, les réactions de la voiture restent saines et la précision de la direction assistée, qui permet de la placer au centimètre dans les évolutions en appui serré, facilite grandement les microcorrections qui stabilisent la trajectoire lorsque le véhicule manifeste des velléités de sous-virage.
Mais ce plaisir se double d’un étonnement ravi lorsqu’on passe à la pompe, car le cabriolet Renault 19-16S est également l’un des plus sobres de sa catégorie lorsqu’on exploite ses capacités sportives.
Le freinage se situe à un niveau parfaitement harmonisé avec ces performances. Le cabriolet 19-16S bénéficie en effet de 4 freins à disque, ventilés à l’avant, avec antiblocage ABS Bendix en option. Ce freinage s’avère très endurant, avec une attaque de pédale franche et progressive et des mouvements de caisse réduits la voiture reste toujours parfaitement contrôlable en cas de freinage d’urgence, même sur chaussée bosselée.
La visibilité reste bonne à excellente sous tous les angles, même vers l’arrière, malgré la poupe relevée du cabriolet. De nuit, l’efficacité des double projecteurs halogènes qui équipent le cabriolet 16S permet de maintenir un haut niveau de sécurité active.


Confort et finitions de la Renault 19-16S cabriolet : haut de gamme

08_Renault_19_16S_cab_420
Renault a accordé les plus grands soins à la finition de son cabriolet, qui se classe sur ce point à un niveau comparable avec des véhicules beaucoup plus chers. En particulier, la sellerie en cuir de la version 16S est tout simplement somptueuse. Le siège du conducteur assure un très bon maintien et ses possibilités de réglage, jointes à celles du volant, permettent à n’importe quel pilote de se tailler une position sur mesure.
À l’arrière, les passagers disposent d’une place rare dans un cabriolet de cette taille : 17,5 cm d’espace aux genoux, avec un appui dorsal incliné à 25°.

04_Renault_19_16S_cab_150

Les rangements sont abondants et judicieusement disposés, ce qui constitue également une exception parmi les cabriolets. L’équipement va même jusqu’à la trappe à skis, qui peut abriter 4 paires ou 2 monos. Cet équipement peut paraître incongru sur un véhicule marqué par l’utilisation d’été ; mais la qualité d’isolation thermique de la capote et l’efficacité du chauffage/désembuage autorisent aussi une utilisation confortable en hiver.
D’autant plus que la qualité aérodynamique de ce cabriolet réduit considérablement les retours de tourbillon d’air dans l’habitacle, même aux places arrière. C’est capote et glaces latérales escamotées que le cabriolet Renault 19 présente sa ligne la plus pure, du fait de l’absence d’arceau et de l’harmonie de sa poupe fermée.
La capote se manoeuvre à la main. Mais l’opération est facile et rapide, grâce à une cinématique de dépliage/repliage bien équilibrée. Cette Renault "plein ciel" a été accueillie avec enthousiasme par les adeptes - de plus en plus nombreux - du cabriolet élégant et sportif, mais néanmoins confortable et sûr ; attendra-t-on encore 23 ans le prochain cabriolet à losange ?


Renault 19-16S cabriolet : une référence prestigieuse

02_Renault_19_16S_cab_150Le cabriolet Renault 19 est le fruit d’une étroite coopération entre Renault Design et le carrossier allemand Karmann. Ce dernier a déjà signé notamment les cabriolets Volkswagen Coccinelle et Golf, Ford Escort et Opel Kadett.

Le carrossier allemand a réalisé la maquette définitive du cabriolet Renault 19, selon l’épure tracée par les stylistes de Renault. Dans son usine d’Osnabruck, Karmann fabrique les éléments de carrosserie spécifiques au cabriolet et assure l’assemblage de la carrosserie avec des éléments standard de Renault 19 provenant de l’usine de Douai.
La voiture complète est montée dans l’usine Renault de Maubeuge. L’apposition de l’écusson Karmann sur les flancs de la traverse arrière symbolise cette coopération et constitue une première sur une voiture marquée du losange.

Renault 19-16S cabriolet : une "boule de nerfs" mécanique

06_Renault_19_16S_cab_420
Le cabriolet est proposé soit avec le moteur à injection de 1 721 cm3 de la Renault 19 TXE (95 ch), soit avec le groupe de 1 764 cm3 de la Renault 19-16 S. Ce 4 cylindres ACT à 16 soupapes développe 137 ch à 6 500 tr/mn (soit près de 80 ch/litre), avec un couple maximum de 16,6 m.daN à 4 250 tr/mn.
Ce groupe, alimenté par une injection électronique multipoints, présente une architecture très moderne, avec notamment un collecteur à tubulures accordées, bien visible. Il est monté sur des dash-pots hydrauliques qui assurent une excellente filtration des vibrations. Une écope d’aspiration sur le capot et un échappement spécifique caractérisent cette motorisation.


Renault 19-16S cabriolet : un coffre très pratique

05_Renault_19_16S_cab_150

Grâce à l’astucieuse conception de l’arrière, le cabriolet Renault 19 conserve un coffre de 255 litres, plus spacieux que la plupart de ses concurrents, avec une accessibilité facilitée par l’ample ouverture du capot, dont la fermeture à clé assure une bonne sécurité. Ce coffre comporte un astucieux système pour ranger des skis, avec vidange de l’eau qu’ils égouttent. A ce coffre, s’ajoute le mini-coffre destiné au rangement de la capote, libre lorsqu’on roule capote fermée.

La capote "Sonnenland" pour la Renault 19-16S cabriolet

07_Renault_19_16S_cab_420

L’absence d’arceau et l’escamotage complet des vitres latérales donnent au cabriolet Renault 19 une forte personnalité. La capote, parfaitement affleurante, contribue à la pureté de la ligne.
Cette capote est constituée de deux épaisseurs de tissu séparées par un matelas isolant. Elle se manie très aisément et vient se ranger dans un logement aménagé au-dessus du coffre ; ce logement est fermé par un couvercle formant appuie-tête pour les passagers arrière.

10_Renault_19_16S_cab_150

Le dégivrage de la capote est assuré par une soufflante électrique montée à l’intérieur de ce couvercle. La version 16S est équipée en série d’une capote Sonnenland anthracite, assortie à une sellerie cuir spécifique au cabriolet ; cette capote est disponible en option sur les autres modèles.

Le style "Renault-Sport"

Le Cabriolet Renault 19-16S offre des performances qui surclassent la plupart de ses rivaux 9,4 s pour passer de 0 à 100 km/h, le 1 000 m départ arrêté en 30,8 s et une vitesse maxi de 208 km/h (sur circuit seulement, pour la France). Cette version bénéficie d’un indicateur de niveau/pression d’huile, d’un volant sport trois branches, de jantes en alliage chaussées de pneumatiques 195/50 R 15 V et de doubles projecteurs H1/H4.

 

Renault logo 420



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Renault Mégane Coupé Cabriolet
Renault 19-16S cabriolet
Renault Francfort 2013 : émotion du design et passion de l’innovation


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques