Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Porsche 944 Turbo

<< Retourner au Guide

01_Porsche_944_Turbo_440

En 1975, la sortie de la "petite" 924 a marqué un tournant dans l’histoire de Porsche, interprété par beaucoup comme la perspective de l’abandon prochain de la 911.

 

On sait qu’il n’en fut rien, la vaillante "tout-à-l’arrière" restant la Porsche mythique par excellence, celle que le constructeur de Stuttgart semble condamné à fabriquer éternellement pour satisfaire une clientèle de puristes dont il lui serait très difficile de se passer.

 

Une "petite" Porsche ?

02_Porsche_944_Turbo_220Dérivée de la 924, la Porsche 944 a longtemps été décriée par les puristes de la marque de Stuttgart, peu enclins à considérer ces voitures "transaxle" comme de vraies Porsche. Ces éternels nostalgiques n’avaient pas réservé un meilleur accueil à la 914, fruit, à leurs yeux, d’une trop étroite collaboration entre Porsche et Volkswagen. Avec le temps, on a aujourd’hui pratiquement oublié que le moteur des 924/944 était d’origine Audi, et peu à peu, la "petite" Porsche a grandi, gagnant en particulier ses lettres de noblesse sur les circuits d’endurance. La 944 Turbo Cup, dont l’actuelle 944 Turbo est l’héritière directe, a achevé d’introniser cette dernière comme une très grande Porsche.

 

Les débuts de la 924 furent d’autant plus difficiles qu’elle avait à prendre la délicate succession de la 914, unanimement décriée comme une sous-Porsche (ce qu’elle était d’ailleurs vraiment en version 4 cylindres).

 

Placer un moteur à l’avant dans une Porsche était alors considéré comme un véritable crime par les adeptes de la marque, d’autant plus réticents qu’il était d’origine Audi. Le fait d’opter pour une disposition "transaxle", c’est-à-dire de disposer l’ensemble boîte-pont à l’arrière ne permit pas, dans un premier temps, de les convaincre tous. Cette architecture, pourtant, s’imposera définitivement deux ans plus tard avec la prestigieuse 928.

De la 924 à la 944

Sortie avec un moteur 2 litres, la 924 ne développait à l’origine que 125 ch, une puissance jugée un peu faible, même si la vitesse de pointe obtenue dépassait 200 km/h.

 

L’association du turbo ne parvint pas vraiment à relever les ventes, et il fallut le lancement de la 944, en septembre 1981, pour améliorer la position de Porsche dans ce segment du marché.

 

Un cheval cabré

06_Porsche_944_Turbo_220

Le cheval cabré n’est pas exclusif à Ferrari I On le retrouve aussi en bonne place au centre du blason des Porsche. Il trône sans complexe en tête du capot de toutes les voitures de la marque de Stuttgart, symbole d’une réussite allemande qui ne doit rien au hasard.

 

Un tout nouveau moteur de 2,5 litres à deux arbres d’équilibrage et un styling plus agressif et plus cossu devait rapidement séduire. En 1985, la 944 devait à son tour hériter d’un turbo qui ne tarda pas à en faire l’une des Porsche les plus puissantes et les plus véloces, à même, désormais d’aller chatouiller une 911 sans aucun complexe, son architecture lui donnant une tenue de route bien supérieure, surtout sur sol mouillé.

La 944 Turbo Cup

C’est à partir d’une 924 très spéciale, engagée au Mans, que fut développée la 944 Turbo. En fin 1987 sort la 944 Turbo Cup rappelant l’expérience en course de la Porsche "transaxle" son 2,5 litres est ainsi porté à 250 ch à 6 000 tr/mn, donnant à la voiture des performances exceptionnelles : 260 km/h, 0 à 100 km/h en 5,7 secondes !

 

La 944 : une 924 "virilisée" ?
03_Porsche_944_Turbo_14504_Porsche_944_Turbo_145

05_Porsche_944_Turbo_145

C’est ainsi que certains journalistes ont décrit la 944, marquant, comme bien des fans de la 911, un certain mépris pour cette voiture "transaxle". Pourtant, la robe de la 944 ne manquait pas d’originalité, au point qu’on ne compte plus aujourd’hui les voitures concurrentes qui s’en sont inspirées. La ligne est fluide et inspire un sentiment de sécurité que vient conforter la taille impressionnante des pneumatiques arrière. L’aérodynamique n’est cependant pas exceptionnelle (Cx 0,33), ce qui nuit parfois à la tenue au cap à vitesse élevée par tort vent latéral et bourrasques.

 

Proposée d’abord en série limitée (à 1 000 exemplaires tout de même...), la Turbo Cup connut un succès rapide qui conduisit Porsche à en faire un modèle à part entière dans sa gamme. C’est cette même mécanique qu’on retrouve aujourd’hui dans la 944 Turbo de série, sans appellation particulière.

 

Elle est désormais aux côtés de la 52, 944 sans turbo, mais dotée d’un remarquable 4 cylindres de 3 litres de cylindrée. La 944 de base se contente, elle, d’un 2,7 litres de 165 ch ; elle remplace définitivement la 924 qui disparaît du catalogue, et elle devient ainsi la base de la gamme.

La 944 Turbo

Telle qu’elle se présente aujourd’hui, la 944 Turbo peut être considérée comme l’héritière directe de la Turbo Cup, dont elle reprend, en particulier, le moteur de 2,5 litres de 250 ch.

 

11_Porsche_944_Turbo_440

Les phares escamotables.

 

Un travail remarquable des ingénieurs de chez Porsche a permis de conserver intacte cette puissance malgré l’adjonction du catalyseur. L’amélioration de puissance par rapport à l’ancienne 944 Turbo est même de 30 ch, grâce en particulier à un accroissement du diamètre du turbo (refroidi par eau et échangeur air/air), à une élévation de la pression de suralimentation et à une nouvelle gestion électronique du moteur.

 

250 chevaux sous le capot

10_Porsche_944_Turbo_440

C’est la puissance affichée par cet excellent 4 cylindres de 2,5 litres de cylindrée à simple arbre à cames en tête. Le turbo, il est vrai, est passé par là...

 

La boîte de vitesses (exclusivement mécanique) a fait, elle aussi, l’objet de modifications visant à améliorer sa robustesse. La voiture reçoit désormais un radiateur d’huile extérieur protégeant le moteur contre un échauffement excessif de l’huile, en cas d’utilisation soutenue et prolongée, principalement sur autoroute.

 

La 944 Turbo bénéficie maintenant en série d’un remarquable différentiel à glissement limité à la hauteur des performances, ainsi que d’un dispositif ABS, également en série. L’efficacité du freinage a, de surcroît, été encore améliorée par l’adoption, à l’avant, des freins de la 928 S4 à étriers fixes à quatre pistons, dont on connaît la remarquable efficacité.

Un effort d’équipement

Sport semble souvent synonyme d’inconfort. Si la planche de bord de la 944 Turbo ne respire pas le luxe, on peut noter un net effort en matière de sellerie et d’aménagement intérieur en général.

 

08_Porsche_944_Turbo_220

07_Porsche_944_Turbo_220

L’intérieur de la 944 Turbo (ci-dessus) ne brille pas par le luxe. La planche de bord est cependant très complète et le design très sobre. Un certain luxe n’est pas totalement absent : sièges réglables électriquement (chauffants en option), air conditionné, vitres électriques, moquette épaisse.

Ci-dessus les roues en alliage et les gros pneumatiques de la 944 Turbo, éléments qui participent directement à la très bonne tenue de route de la voiture.

 

Les sièges, bien enveloppants, comportent un réglage électrique d’assiette et d’inclinaison du dossier (associé curieusement à un système mécanique). On trouve aussi une direction assistée parfaitement étudiée pour la conduite sportive, et la climatisation.

 

L’alarme, montée d’origine, est commandée par une seule clé ; des diodes placées dans les boutons de portière indiquent sa mise en fonction. Le volant est réglable en hauteur, ce qui participe à l’obtention d’une excellente position de conduite.

Une vocation sportive

La 944 Turbo n’a pas de mal à démontrer ses origines sportives,qui en font l’une des voitures les plus efficaces et les plus agréables de sa génération. Ses larges pneus arrière de 245/45 associés à la transmission "transaxie" et au différentiel à glissement limité la collent littéralement à la route, permettant une exploitation optimaleet constante du brio du moteur.

 

Pour ceux qui voudraient se lancer dans la compétition, Porsche propose en option un châssis sport, des amortisseurs réglables en compression et en détente, et un dispositif d’ancrage des ressorts de suspension réglable en hauteur.

Spécifications techniques

09_Porsche_944_Turbo_440

Moteur Porsche 44 Turbo

Position avant longitudinale

Nombre de cylindres 4

Disposition des cylindres en ligne

Distribution 1 arbre à cames en tête

Alésage 100 mm

Course 78,9 mm

Cylindrée 2 479 cm3

Taux de compression 8 : 1

Puissance maxi 250 ch à 5 800 tr/mn

Couple maxi 33 m.daN à 3 750 tr/mn

Alimentation injection électronique Bosch Motronic et turbocompresseur KKK refroidi par eau et échangeur air/air

Allumage électronique

Transmission par les roues arrière, à liaison "transaxle" rigide (par tube de liaison) avec le moteur placé à l’avant ; différentiel à glissement limité

Boîte de vitesses mécanique à 5 rapports

Suspension avant roues indépendantes, ressorts hélicoïdaux, barre antiroulis

Suspension arrière roues indépendantes, bras tirés, barres de torsion, barres antiroulis

Freins à disque ventilé, ABS, étrier à 4 pistons

Direction assistée, par crémaillère, volant réglable en hauteur mécaniquement

Pneumatiques AV 225/50 ZR16 AR 245/45ZR16

Roues en alliage léger de 16"

Vitesse maxi 260 km/h

0 à 100 km/h 5,9s

0 à 1000 m 26,1 s

Poids à vide 1 400 kg

Consommation

  1. cycle urbain 13,3 1/100 km
  2. à 90 km/h 7,1 1/100 km
  3. à 120 km/h 9,3 1/100 km


Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Porsche Panamera Turbo
Porsche 944 Turbo
Porsche Cayenne (3)


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques