Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Peugeot 205 Turbo 16 : du rallye à la série

<< Retourner au Guide

L’intégrale sportive
du Lion :
la Peugeot 205 Turbo 16

07_205_turbo_16_420
02_205_turbo_16_150Au printemps de 1984, P.S.A., en situation financière précaire, décide de fusionner le réseau Talbot (marque recréée pour remplacer Simca quatre ans auparavant) avec celui de Peugeot, et annonce un retour à la compétition en rallye. Larme de ce retour, dirigé par Jean Todt, sera un petit bolide dérivé de la 205, commercialisée alors depuis 14 mois et qui s’annonce déjà comme un grand succès (et le restera 8 années durant). Quelques mois plus tard sera présentée la 205 GTI, qui soulèvera un énorme engouement et ramènera au Lion une clientèle "jeune cadre" qui lavait progressivement abandonné. Ce succès sera d’ailleurs soigneusement entretenu par la sortie de versions de plus en plus performantes (jusqu’à la GTI 1.9 de 130 ch), parallèlement aux lauriers que les 205 Turbo 16 vont rafler pendant 5 ans dans les rallyes.

 


De 200 à plus
de 400 ch

01_205_turbo_16_420
Pour se faire homologuer en groupe B, Peugeot doit commercialiser 200 voitures ; objectif qui sera atteint dans les six mois. Bien que réservés à des "dompteurs confirmés" (c’est-à-dire des conducteurs titulaires d’une licence homologuée par la F.I.S.A.), cette 205 Turbo 16 reçoit un moteur volontairement "bridé" à 200 ch, obtenus à 6 750 tr/mn.
04_205_turbo_16_150Il s’agit d’un groupe de la nouvelle famille XU (alésage : 83 mm), à bloc et culasse en aluminium, dont la course a été portée à 82 mm, lui donnant une cylindrée de 1 775 cm3. Ce moteur (XU-8T) donnera naissance, peu de temps après, au moteur de 1.9 i, par augmentation de l’alésage à 88 mm. II est alimenté par injection K-Jetronic, avec allumage électronique intégral, et suralimenté par un turbocompresseur KKK taré à 0,7 bar, avec échangeur air/air.
Le moteur de la 205 Turbo 16 est doté de chambres de combustion en toit, avec quatre soupapes par cylindre ; ces soupapes ont une tête en Nimonic et une tige en acier à haute limite élastique, glissant dans des guides en laiton. Les motoristes de Peugeot-Talbot n’ont pas lésiné sur les moyens pour assurer à ce groupe une grande robustesse, avec l’objectif évident de faciliter les préparations pour la compétition. C’est ainsi que, dès 1985, apparaît la 205 Turbo 16 "Évolution" dont la puissance atteint 320 ch. Ultérieurement, certaines variantes de ce moteur viendront friser les 420 ch.

 


Une pseudo-poutre

05_205_turbo_16_420
Il était exclu de conserver le train classique de la 205 (il a déjà bien de la peine à supporter les 130 ch de la GTI 1.9). La Turbo 16 sera donc équipée de triangles superposés, à l’AR comme à l’AV, et le moteur (placé à l’arrière) sera fixé sur un berceau. Toutefois, il apparaît vite que la plateforme de la 205 est trop souple pour supporter les effets de vrillage importants résultant des effets du couple moteur et des réactions des suspensions. Aussi sera-t-elle complètement remaniée, avec un tunnel poutre longitudinal, reliant des caissons AV et AR, et une cloison transversale derrière les sièges (servant aussi d’isolation phonique et thermique).

 


Personnalisation
harmonieuse

06_205_turbo_16_420
La Peugeot 205 Turbo 16 ayant une architecture radicalement différente de celle de toutes les autres 205 ne pouvait pas se contenter d’une carrosserie standard, simplement restylée. En fait, le bureau de style de Peugeot-Talbot réussit le tour de force de dessiner une carrosserie spécifique (utilisant cependant un maximum d’éléments de série) qui conserve cependant la ligne générale qui contribua pour beaucoup au succès de la 205. La structure comporte un tunnel-poutre central reliant le bloc avant et le berceau arrière où passe l’arbre de transmission vers le train AV celui-ci est désormais porté par des doubles triangles, avec combinés ressort/amortisseur montés sur les triangles supérieurs.
Avec son moteur transversal arrière, la 205 Turbo 16 présente une conception technique qui rappelle celle des coupés sportifs MatraTalbot (Baguera, puis Murena), et lui donne une répartition des masses AV/AR créant un comportement routier très " rallye".

L’élégance d’une sportive "chic"

03_205_turbo_16_150L’intérieur de la 205 Turbo 16 conciliait un tableau de bord très complet, avec notamment les instruments de contrôle moteur (températures et pressions) sous l’auvent central, et un habillage en tissu bicolore à rayures rouges, très élégant. On remarque les pédales ajourées, placées afin de faciliter le "talon-pointe". A noter : le confortable appui latéral assuré par les sièges à appui-nuque intégré.



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
BMW Serie 3
Réparer l’avant de la carrosserie d’une Citroën GSA
Peugeot 205 Turbo 16 : du rallye à la série


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques