Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Saab Ecosport

<< Retourner au Guide

 

02_Saab_Ecosport_420
Le marché des voitures de haut de gamme à caractère sportif connaît une crise très sensible depuis 1990. Les experts attribuent cette situation à l’impact des normes antipollution de plus en plus sévères, qui one. souvent augmenté de façon sensible le coût des véhicules de forte cylindrée.
De plus, les normes de résistance renforcée en cas de collision, rendues encore plus draconniennes pour les voitures rapides dans certains pays (Allemagne, Autriche, Suisse, pays scandinaves) amènent à alourdir les véhicules, nécessitant des motorisations plus puissantes, qui aggravent en retour les problèmes de pollution. Pour rompre ce "cercle infernal", le constructeur suédois Saab (qui appartient désormais au groupe General Motors) a conçu un véhicule expérimental dont le nom à lui seul symbolise bien la synthèse qu’il entend atteindre : l’Ecosport. La Saab 9000 2.3 Turbo S a servi de base à cet exercice.

 

Une Saab 9000 complètement revue

03_Saab_Ecosport_420
L’Ecosport représente un exercice de recherche très poussé, basé sur une Saab 9000. Extérieurement, l’Ecosport ne se distingue de la 9000 que par ses spoilers enveloppants et ses jantes de 17" chaussées de pneumatiques spéciaux à faible résistance au roulement. Mais la conception de la coque intègre des solutions améliorant la protection des passagers en cas de choc latéral ; tandis que le groupe motopropulseur bénéficie de multiples innovations pour une préservation accrue de l’environnement.

Saab Ecosport : des innovations réalistes

01_Saab_Ecosport_420
Le résultat mérite attention, car l’Ecosport est un engin que tout un chacun aimerait déjà posséder ; elle intègre en effet des solutions innovantes, mais néanmoins tout à fait réalistes, donc réalisables à court terme. Pour Saab, il s’agit de prouver que voiture sportive, grand confort et respect de l’environnement sont parfaitement conciliables, au prix de solutions dont la mise en oeuvre ne constitue nullement un casse-tête industriel.
Il faut dire qu’en partant de la 9000, les ingénieurs suédois bénéficiaient déjà de certains avantages sur bien d’autres voitures actuelles. En effet, depuis 1991, Saab n’utilise plus le fréon dans le circuit de climatisation. D’autre part, Saab s’est dissocié du groupe Fiat avec lequel il avait entamé le développement de la 9000, justement pour s’orienter vers une structure répondant d’avance aux normes de résistance à la collision les plus rudes prévues dès le milieu des années 80.

 

Un "Thermos" contribue à réduire
la pollution de la Saab Ecosport
04_Saab_Ecosport_420
05_Saab_Ecosport_150L’accumulateur de chaleur comporte deux enveloppes séparées par un vide d’air. Un faisceau d’ailettes creuses, placées à l’intérieur de l’enveloppe interne, baignent dans le liquide de refroidissement du moteur. Ces ailettes contiennent un sel en solution, qui passe de l’état solide à l’état liquide à +78 oc. Compte tenu de l’excellente isolation de l’accumulateur (comparable à une bouteille thermos), la solution saline peut conserver la chaleur pendant deux à trois jours après l’arrêt du moteur, pour la lui restituer dès le démarrage. La mise en température du moteur est alors très rapide, ainsi que le réchauffage de l’air permettant le chauffage de l’habitacle et le désembuage du pare-brise : à une température ambiante de -20°c, le pare-brise est entièrement désembué en moins d’une minute, dans une voiture dont le moteur n’a pas tourné depuis trois jours.

 


 Des projecteurs UV pour la Saab Ecosport

Ainsi, quelques renforcements de la structure ont suffit pour passer de la 9000 à l’Ecosport, avec notamment un dispositif qui répartit les efforts créés par un choc latéral, afin de minimiser l’écrasement des flancs. On a également amélioré la protection du passager avant, grâce à un Airbag à double coussin.

 

Mais le constructeur suédois est allé plus loin, apportant une innovation très intéressante pour la sécurité active : les projecteurs de route sont équipés d’ampoules à décharge, type D1, qui émettent des ultraviolets en plus de la lumière visible. Un filtre escamotable est mis en place lorsqu’on passe en feux de croisement (codes).

 

Si les automobilistes qui croisent l’Ecosport ne remarquent rien, tous les marquages fluorescents de la route apparaissent violemment contrastés, avec une portée visuelle doublée (et même encore plus accrue par temps de brouillard ou pluie violente). Cette technique, qui fait l’objet d’essais dans le cadre du programme de recherche européen Prometheus, pourrait être rendue obligatoire d’ici la fin du siècle.

 

Le récupérateur de chaleur de la
Saab Ecosport : un système automatique
06_Saab_Ecosport_420
Le récupérateur de chaleur est intégré dans le circuit de refroidissement ; de ce fait, il intervient automatiquement, sans avoir à manipuler un robinet. Grâce à la mise en température très rapide du moteur, la sonde Lambda et le catalyseur sont efficaces pratiquement dès que la voiture démarre, ce qui contribue à réduire fortement les émissions polluantes dans la phase de démarrage. De plus, la longévité du moteur s’en trouve accrue, car l’accumulateur accélère également la mise en température de l’huile. Enfin, le montage de cet équipement améliore le confort des passagers en permettant d’avoir un habitacle tiède quelques minutes après la mise en route ; il élimine ainsi la nécessité d’un chauffage de complément, tout en étant plus simple à installer et moins coûteux.

 


Le moteur ultra-propre de la Saab Ecosport

Sur le plan du respect des normes de pollution, les motoristes suédois ont développé des solutions très originales, mais néanmoins tout à fait réalistes. Ainsi, l’Ecosport fait aujourd’hui déjà mieux que ce qu’imposeront les normes très sévères annoncées par la Californie pour 1998. Pour cela, ils ont travaillé les logiciels de pilotage de l’injection et de l’allumage, en partant de l’hypothèse d’une régulation Lambda parfaite. Mais on sait que cela n’est jamais possible tant que le moteur n’a pas atteint sa température normale. Pour éliminer cet inconvénient, ils ont imaginé un accumulateur de chaleur, inséré dans le circuit de refroidissement, qui permet au moteur d’atteindre en un temps très court la température où la sonde Lambda et le catalyseur trouvent toute leur efficacité.
De plus, tant que cette température optimum n’est pas atteinte, le carburant est réchauffé par injection sur des plaques chauffantes, qui remplacent ainsi le starter, tout en améliorant le fonctionnement de l’épuration catalytique à froid. Enfin, l’efficacité du catalyseur se trouve encore améliorée par l’injection d’air frais, soufflé directement dans le système d’échappement par une pompe placée derrière le turbocompresseur ; ce soufflage d’air est automatiquement coupé lorsque la régulation Lambda se trouve à son point optimum. Ainsi, l’Ecosport n’émet pratiquement plus d’hydrocarbures imbrûlés (0,05 g/km), son taux de CO est réduit de 71 % par rapport à une Saab 9000 2.3 Turbo (0,28 g/km, au lieu de 4,30 prévu par les normes actuelles les plus sévères) ; la quantité de NO se situe à 0,10 (au lieu de 0,25 pour la norme).

 

Saab Ecosport : indifférence
au type de carburant
07_Saab_Ecosport_150Le moteur de l’Ecosport fonctionne indifféremment au super, à l’éthanol, au méthanol, ainsi qu’à tout mélange de ces trois carburants dans n’importe quelles proportions, grâce à un logiciel spécial du système de pilotage de l’injection-allumage (bouclé sur la sonde Lambda). L’adaptation au type de carburant s’effectue par mélange dans un réservoir-tampon ; ainsi une transition lente est assurée entre le réglage pour un mélange et l’adaptation à un autre mélange, résultant d’un nouveau plein effectué avec un carburant différent du plein précédent.

 


Saab Ecosport : un moteur multicarburant

Avec un nombre croissant de leurs collègues, les motoristes de Saab estiment qu’il faut d’ores et déjà prévoir l’emploi de carburants non pétroliers, dans le cadre de législations très contraignantes qui sont à l’étude, ou tout simplement sous la poussée de décisions gouvernementales pour réduire l’utilisation des énergies fossiles. Aussi ont-ils prévu que l’Ecosport pourrait brûler n’importe quel carburant, à base de pétrole ou d’alcool (méthanol ou éthanol agricole) ; ils ont même prévu que le moteur accepterait des mélanges entre ces divers carburants, dans des proportions complètement aléatoires et variables d’un plein à un autre.
Ainsi lève-t-on le frein majeur à l’implantation de ces carburants "alternatifs" dans certains pays, puisque les automobilistes des pays voisins y trouveront toujours du super, et, à l’inverse, les voitures fonctionnant habituellement à l’éthanol ou au méthanol pourront sans problème aller dans un pays où elles ne trouveront que du super d’origine pétrolière. Cette innovation, qui peut avoir des effets immenses pour accélérer la mise en place des carburants non pétroliers, est mise en oeuvre d’une façon relativement simple, grâce à un réservoir-tampon où s’effectue le mélange de carburant qui va être ensuite injecté dans le moteur.
Cet intermédiaire laisse le temps au logiciel d’injection de reconnaître (grâce notamment au bouclage sur la sonde Lambda) les caractéristiques du carburant, et d’adapter en conséquence les temps et quantités à injecter, afin de retrouver les mêmes performances. Si, sur l’Ecosport, ce réservoir tampon (de 6 litres) est séparé du réservoir principal, il est prévu de l’y intégrer sur une voiture de série. Ainsi, l’utilisateur ne remarquerait aucune différence et pourrait faire son plein avec ce qu’il trouverait dans la première station service à sa portée.

 

Un Airbag à double coussin
pour le passager de la Saab Ecosport
08_Saab_Ecosport_150Les sacs pneumatiques de sécurité Airbag pour passagers avant présentent le défaut d’admettre un "salut" trop important de la tête, qui peut entraîner des lésions au cou, très rarement graves mais souvent douloureuses (torticolis). Pour l’Ecosport, Saab a conçu un Airbag spécial comportant deux coussins pneumatiques. Lors du déclenchement, le coussin inférieur se gonfle immédiatement, suivi d’un gonflage partiel du coussin supérieur c’est la pression du torse sur le coussin inférieur qui termine le gonflage du coussin supérieur, juste à temps pour immobiliser la tête partant vers l’avant alors que le torse est immobilisé.

Le grand confort de la Saab Ecosport

Malgré tout, il est à prévoir qu’une Ecosport "de série" coûte encore un peu plus cher qu’une Saab 9000 (heureusement, cette voiture est assez bien placée par rapport à ses concurrentes). Aussi a-t-on cherché un confort encore accru. Il porte d’abord sur la climatisation de l’habitacle, lors du démarrage par températures extrêmes. Par temps très froid, on tire profit de l’accumulateur de chaleur adjoint au moteur. À l’opposé, par temps caniculaire, on utilise des cellules solaires intégrées au toit pour alimenter la climatisation et conserver une température agréable dans l’habitacle.

 

Des occupants bien protégés
dans la Saab Ecosport
10_Saab_Ecosport_420
11_Saab_Ecosport_150Reprenant la structure de base de la Saab 9000, l’Ecosport bénéficie de nouveaux renforcements, spécialement dans les montantes du pare-brise et des custodes arrière. De plus, la base du montant central intègre une structure qui distribue les contraintes dans l’ensemble des renforts du flanc, en cas de collision latérale ce qui permet de conserver intactes les dimensions intérieures de l’habitacle, tandis que le flanc s’enfonce de 80 mm.

 



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Saab Ecosport
Saab 9-3 Cabriolet
Saab 900T 16S Cabriolet


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques