Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Réparer une pompe à essence de voiture

<< Retourner au Guide

La pompe à essence est un élément vital dans le circuit d’alimentation, car elle amène l’essence du réservoir au carburateur. Elle est assez souvent source de pannes, c’est pourquoi il est bon de savoir la réparer. En effet, lorsqu’elle est défectueuse, le moteur tousse, manque de puissance à l’accélération, ne tourne pas sur tous ses cylindres, et peut même s’arrêter complètement.

00_pompe_essence_420
Nous voyons ici toutes les pièces constitutives d’une pompe à essence mécanique commandée par l’arbre à cames.

 

Il convient tout d’abord de déterminer avec certitude que c’est bien la pompe à essence qui est en cause. Débranchez la canalisation d’arrivée d’essence au carburateur et mettez le contact ou faites tourner brièvement le démarreur. Dirigez le tuyau hors de la pipe d’échappement, du démarreur et de la dynamo, car l’essence doit couler.

 

Si elle n’arrive pas, il faut vérifier le circuit d’alimentation par étapes logiques. Assurez-vous donc qu’il y a de l’essence dans le réservoir (et que ce n’est pas de l’eau de condensation ou du gazole), que le trou de mise à l’air libre du bouchon n’est pas bouché ; qu’il n’y a pas de saletés ou de résidus de rouille qui bouchent la canalisation (dans ce cas, le filtre à essence sera certainement très chargé en saletés ; il faudra le nettoyer et vidanger le réservoir ; la canalisation sera débouchée à l’air comprimé) ; que la pompe n’aspire pas de l’air du fait de l’absence d’étanchéité des raccords (dans ce cas, il faudra resserrer tous les colliers de serrage).

 

Assurez-vous enfin qu’il ne se produit pas de « vapor-lock », c’est-à-dire que l’essence ne se transforme pas en vapeur dans la canalisation du fait de la température élevée du moteur, de l’altitude (en montagne), ou des deux combinés.

 


Les pompes mécaniques

Elles peuvent être victimes d’un certain nombre de pannes alors qu’elles sont elles-mêmesen bon état. La première de ces pannes est justement celle que nous venons ue citer plus haut, c’est-à-dire un manque d’étanchéité des canalisations. En effet, les pompes mécaniques sont toujours fixées sur le moteur à proximité immédiate du carburateur, alors que le réservoir à essence en est très éloigné. Elles agissent donc par aspiration, or, il est beaucoup plus facile d’aspirer de l’air par une fuite que de l’essence dans le réservoir. Il faudra donc, comme nous l’avons dit, vérifier l’étanchéité du circuit d’alimentation et s’assurer que l’essence arrive librement à la pompe.

 

Les pompes mécaniques fonctionnent grâce à un levier qui est actionné par un excentrique prévu sur l’arbre à cames. La pompe elle-même est boulonnée sur le bloc-cylindres, or, il arrive assez fréquemment qu’elle se desserre. Elle n’est alors plus actionnée, ou du moins son action est réduite.

 

Enfin, les pompes à essence mécaniques font souvent office de filtre à essence et comportent un réservoir, parfois en verre, situé sur le dessus. S’il contient des impuretés, vous desserrerez à la main la molette de la bride de maintien et vous nettoierez le filtre. Vous en profiterez pour changer, si c’est nécessaire, le joint en caoutchouc ou en liège du bocal en verre. Mais ce sont là des opérations de routine, et l’on ne peut pas considérer pour autant que la pompe est défectueuse. Il convient donc de s’assurer qu’elle est vraiment hors d’usage.

 

Débranchez les canalisations d’arrivée et de départ d’essence et placez votre doigt sur les embouts pendant que la pompe est actionnée. Sur l’embout d’entrée, vous devez ressentir une force de succion alors qu’il y aura un certain refoulement sur celui de sortie.

 


Réparation d’une pompe mécanique

Certaines pompes sont serties et ne sont donc pas réparables (photo 20). D’autres sont démontables (photo 21), mais il est souvent difficile de se procurer les pièces détachées nécessaires à leur réparation ; assurez-vous auprès des concessionnaires qu’elles sont bien disponibles.

 

Commencez par déposer la pompe du moteur en desserrant ses écrous de maintien, puis dévissez les deux moitiés (photo 5) et séparez-les délicatement à l’aide d’un petit tournevis (photo 6). Vous avez maintenant accès à la membrane et à son ressort de rappel. Remplacez les pièces défectueuses telles que membrane crevée ou ressort cassé, ainsi que les joints.

 

01_pompe_essence_140
02_pompe_essence_140
03_pompe_essence_140
1 Testez la pompe en bouchant l’arrivée avec votre doigt et en manoeuvrant la tige d’amorçage.2 Bouchez ensuite la sortie de la pompe de la même manière, et manœuvrez la tige d’amorçage.3 Si la pompe ne possède pas de tige d’amorçage, manoeuvrez directement son levier de commande.
04_pompe_essence_140
05_pompe_essence_140
06_pompe_essence_140
4 Faites de même que précédemment mais en bouchant, cette fois, la sortie de la pompe à essence.5 Commencez le démontage de la pompe à essence en dévissant ses vis de fixation une à une.6 Une fois les cinq vis de fixation retirées, vous pouvez séparer les deux parties de la pompe.
07_pompe_essence_14008_pompe_essence_140
09_pompe_essence_140
7 La tige solidaire de la membrane se dégage du levier de commande en la tournant d’un quart de tour.8 Lorsque la membrane est dégagée du levier, retirez-la avec son ressort de rappel.9 Cette photo nous montre la fente dans laquelle s’engage la tige solidaire de la membrane.

 


 

10_pompe_essence_140
11_pompe_essence_140
12_pompe_essence_140
10 Sur cette pompe à essence électrique SU, commencez par dévisser la cosse d’alimentation.11 Une fois la cosse d’alimentation retirée, vous pouvez enlever le couvercle abritant les vis platinées.12 Vérifiez l’état des vis platinées. Sur ce modèle de pompe, elles sont doubles.
13_pompe_essence_140
14_pompe_essence_140
15_pompe_essence_140
13 Les vis platinées sont fixées par I une vis à tête fendue. Dévissez-la à l’aide d’un tournevis.14 Retirez ensuite la lame-ressort portant les vis platinées supérieures et rangez-les.15 Le plateau en bakélite est fixé sur le corps de la pompe par une grosse vis à tête fendue.
16_pompe_essence_140
17_pompe_essence_140
18_pompe_essence_140
16 Chassez l’axe où s’articule le mécanisme portant les vis platinées inférieures.17 Retirez le plateau en bakélite pour avoir accès au mécanisme portant les vis platinées inférieures.18 Si les vis platinées ne sont que légèrement piquées, vous pouvez les surfacer à l’aide d’une lime.

 

Dans certains cas, il est également possible de vérifier l’état de ses clapets, et de les remplacer si nécessaire. Au remontage, faites bien attention à replacer toutes les pièces dans la bonne position et les clapets dans le bon sens, afin que la pompe ne refoule pas l’essence vers le réservoir. Serrez modérément les deux moitiés de la pompe, et placez-la convenablement sur le moteur.

 


Vérification des pompes électriques

Comme pour la pompe à essence mécanique, vérifiez que les canalisations ne sont pas bouchées. En effet, la pompe à essence électrique peut être placée n’importe où, et elle est souvent logée à proximité immédiate du réservoir.

 

De plus, la pompe électrique comporte très souvent un petit filtre à tamis en cuivre que vous vérifierez lors de son démontage. Mais il convient tout d’abord de s’assurer qu’elle est bien alimentée en courant électrique. Vous prendrez garde au cours de ces vérifications à ne pas laisser le contact mis alors que la canalisation est débranchée quelque part après la pompe ; en effet, si celle-ci se remet à fonctionner, l’essence coulera avec un fort débit et sans interruption. Il sera préférable de débrancher les deux tuyaux de la pompe et de boucher celui qui vient du réservoir.

 

Lorsque la pompe fonctionne normalement, elle émet un petit « clic-clic » sonore dont le tintement est assez clair. S’il est irrégulier ou faible, c’est que la pompe est défectueuse. S’il est inaudible, le contact étant mis bien entendu, c’est qu’elle ne fonctionne pas ou qu’elle n’est pas alimentée ; lorsque tout est en état de marche, il est normal, à la mise du contact, que la pompe électrique produise un claquement régulier - ce dernier cessera au bout de quelques secondes, indiquant que le carburateur est plein. Branchez une lampe témoin à la masse et au fil d’alimentation ; si elle reste éteinte, c’est que le circuit électrique est défectueux (schéma 19). Vérifiez toutes les connections, ainsi que son fusible (s’il y en a un).

 

Notez à ce sujet que certaines voitures américaines comportent un contacteur de pression d’huile placé en série sur le circuit électrique de la pompe. Donc, si la pression d’huile est insuffisante, la pompe électrique est coupée, le moteur s’arrête et tout dommage à l’embiellage est évité. Pendant le fonctionnement du démarreur, la pompe est alimentée directement par le contact, et dès que la clé de contact est relâchée, l’alimentation se fait par l’intermédiaire du contacteur. Si celui-ci est défectueux, le fonctionnement de la pompe sera irrégulier.

 


Vérification de l’alimentation

À l’aide d’une lampe témoin, vérifiez l’alimentation de la pompe. Si elle est normale pendant que le démarreur tourne et incertaine lorsque le moteur est parti, c’est bien le mano-contact qui est en cause, et il faut le remplacer, car il n’est pas réparable.

 

Notons aussi que certaines voitures ont deux pompes à essence (et souvent deux réservoirs), comme les Jaguar. Il y a alors un commutateur au tableau de bord permettant au conducteur de choisir l’un ou l’autre des réservoirs. Il faut donc, bien sûr, placer le commutateur sur la pompe qui semble être en cause et vérifier aussi le bon fonctionnement de l’autre.

 

19 pompe essence 650 
 19 Dans le schéma du haut, on teste l’alimentation de la pompe en plaçant une ampoule entre la masse et le fil d’alimentation ; si elle s’allume, l’alimentation est bonne. Dans le schéma du dessous, on teste la pompe à essence elle-même en plaçant, cette fois, l’ampoule entre la cosse et le fil d’alimentation de la pompe ; si l’ampoule s’allume, la pompe est en état.

 

Enfin, certaines voitures ont deux pompes qui fonctionnent ensemble (Rolls Royce et Bentley). Un défaut d’alimentation révélera qu’elles sont toutes les deux en mauvais état, et il faut donc les vérifier, voire les remplacer, simultanément.
Lorsque vous vérifiez l’alimentation électrique avec une lampe témoin, il faut vous assurer que la mise à la masse est bonne. Branchez la lampe témoin entre le fil d’arrivée de courant et la borne de la pompe. Si la lampe reste éteinte, le contact étant mis, c’est que la mise à la masse est mauvaise (schéma 19). Nettoyez les bornes et les cosses, et si vous n’obtenez aucun résultat, refaites une nouvelle masse. Si la lampe témoin s’allume, c’est que la pompe est défectueuse. Déposez-la. Elle est fixée par deux écrous sur des Silent-blocs.


Réparation d’une pompe électrique

Il existe deux sortes de pompes électriques : les pompes rotatives et les pompes alternatives. Les pompes rotatives sont assez peu courantes et ne sont utilisées principalement que sur les voitures d’une certaine importance, ou avec les moteurs à injection. Elles consistent en un moteur électrique classique qui entraîne une petite turbine. Parfois, le tout est plongé dans l’essence qui sert d’isolant et de refroidisseur. Ces pompes sont dangereuses à réparer du fait qu’elles baignent dans l’essence (risque d’incendie). De toute façon, elles sont rarement réparables mais elles sont très sûres. Les pompes rotatives classiques sont parfois réparables, il est possible de remplacer des balais usés ou de réparer un collecteur défectueux, ce qui assurera une longévité supérieure du matériel ; ces pompes sont également très sûres.

 

20_pompe_essence_14021_pompe_essence_14022_pompe_essence_140
20 Certaines pompes mécaniques, comme cette SU, ne sont pas démontables et doivent être remplacées.21 Les pompes à essence mécaniques sont commandées par un excentrique porté par l’arbre à cames.22 Cette pompe à essence mécanique (Ford) diffère de la précédente par la forme de son levier de commande.

 

Les pompes alternatives sont identiques aux pompes mécaniques ; c’est-à-dire qu’un diaphragme effectue un va-et-vient qui aspire et refoule l’essence. Deux clapets (un d’aspiration et un de refoulement) dirigent l’essence dans la bonne direction.

 

La partie électrique est constituée d’un électro-aimant qui assure le mouvement de va-et-vient du diaphragme. Lorsque le courant passe dans le bobinage, le noyau est attiré vers la bobine et comprime le ressort. Le noyau porte une paire de contacts de rupteurs similaires à ceux du distribueur d’allumage. Les contacts s’ouvrent alors, et le courant est coupé. L’électro-aimant est relâché et le noyau retourne à sa position initiale, sous l’effet du ressort de rappel. Le mouvement se répète ainsi de suite et le va-et-vient est assuré. En effet, les contacts sont alors refermés et rétablissent le passage du courant, l’électro-aimant est actionné, etc. Notez qu’un petit condensateur, tout comme dans le distributeur d’allumage, est destiné à ralentir l’usure des contacts du rupteur.

 

Dans ces pompes, la partie hydraulique est sujette aux mêmes pannes que celles des pompes mécaniques, c’est-à-dire que le diaphragme peut se crever, que les clapets peuvent s’user et ne plus assurer l’étanchéité et donc leur fonction. Cette partie hydraulique se répare de la même façon que celle des pompes mécaniques, puisqu’elle est composée de deux moitiés vissées entre elles.

 

Dans la partie électrique, ce sont les contacts du rupteur qui s’usent le plus rapidement ; il faudra changer le condensateur en même temps. Le noyau, l’électroaimant et le bobinage sont très rarement des sources de pannes. Les contacts du rupteur et le condensateur sont souvent disponibles en pièces détachées, mais ce n’est pas toujours le cas et il faudra donc vous en assurer. Une petite notice de montage est alors fournie dans les kits de réparation.

 

Pour atteindre les contacts, il faut d’abord dévisser la cosse de branchement de la pompe, puis l’écrou placé en dessous qui maintient le couvercle (photo 10). Il faut aussi enlever le ruban adhésif d’étanchéité et de garantie. Les contacts doivent être fermés, la pompe étant au repos. Vous les écarterez et vérifierez leur état (photo 12). S’ils sont piqués, vous les nettoierez à l’eau, avec un morceau de papier abrasif de grains 400 ; puis vous réglerez l’écartement des contacts à la cote voulue avec une cale d’épaisseur. Vous remonterez alors le tout et vérifierez le bon fonctionnement ; mais ce n’est qu’une solution de dépannage et votre pompe sera peu sûre, vous risquez donc d’avoir prochainement de nouveaux ennuis.

 

Il sera préférable soit de remplacer les contacts et de reconditionner entièrement la pompe, soit de la remplacer en échange standard, lorsque ce service existe. La firme SU, par exemple, fournit un ensemble complet rupteurs/vis platinées sous plastique, permettant une réfection rapide de la partie électrique de la pompe à essence. De plus, le prix en est relativement modeste. Cette solution n’est pas très coûteuse et vous aurez une pompe remise à neuf.

 



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Réparer une pompe à essence de voiture
Remplacer une pompe à eau de voiture
Réviser une pompe de direction assistée


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques