Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Rénover une suspension à bras tirés

<< Retourner au Guide

 

La suspension arrière à bras tirés s’est pratiquement généralisée sur les voitures à traction avant. Cette architecture offre l’avantage de permettre d’abaisser le plancher du coffre et de dégager un espace permettant d’avancer le réservoir de carburant en avant de l’essieu arrière, pour satisfaire les normes de sécurité en cas de choc arrière de plus, la suspension à bras tirés autorise un débattement important, favorable au confort routier. Le plus souvent, les bras tirés sont combinés avec des ressorts hélicoïdaux et des amortisseurs montés séparément. Renault et Peugeot ont également associé bras tirés et barres de torsion.

Propulsion et bras tirés

La suspension à bras tirés est moins courante sur les voitures à propulsion, et encore moins sur une propulsion à moteur central ou arrière, d’autant plus que les bras tirés sont associés à des amortisseurs coaxiaux aux ressorts hélicoïdaux, analogues à des jambes type McPherson. Toute intervention sur les amortisseurs, les ressorts ou la barre stabilisatrice impose dans ce cas la dépose des bras, qui nécessite elle-même celle des arbres de transmission.

 

Bras tirés sur roues AR motrices
Mecanique 285 Suspension 01 150Originale et simple, l’architecture du train amère associe des bras tirés,à des jambes de force type McPherson. On note que la barre stabilisatrice passe ici à travers chaque bras en tôles soudées, et se raccorde au-dessus du bras par l’intermédiaire d’une petite biellette. Cette architecture facilite le démontage et la rénovation. Le nombre d’articulations sensibles à l’usure est réduit ; la longueur de l’axe d’articulation du bras et la robuste section de celui-ci évitent les phénomènes de vrillage qui détérioreraient le comportement routier.

 


Dégagement du bras de suspension

Débloquez les vis des roues. Levez l’arrière de la voiture et calez-le sur des chandelles. Repérez, d’un trait à la craie, la position de chaque jante sur son moyeu, afin de conserver l’équilibrage des roues lors du remontage ; puis déposez les roues. A l’aide d’une forte clé à pipe, munie d’un tube prolongateur pour faire levier, débloquez l’écrou du moyeu et déposez-le. Déposez l’étrier de frein : ne le laissez pas pendre au bout de son flexible. Désaccouplez la fixation du câble de frein à main sur le bras de suspension.

 

Déshabillage du bras de suspension
Dégagez le câble de frein à main et déposez la fixation inférieure de l’amortisseur (1). Désaccouplez ensuite la barre stabilisatrice du bras de suspension (2). Déposez le pare-boue (3). Déposez enfin les axes des deux paliers (intérieur et extérieur) du bras de suspension (4).
 Mecanique 285 Suspension 02 210 Mecanique 285 Suspension 03 210
1 Libérez le câble de frein à main en le dégageant de son clip de fixation sur le bras (A). Dévissez l’écrou du boulon de fixation inférieure de l’amortisseur et chassez celui-ci (B).2 Déposez l’écrou de l’axe inférieur de la biellette de barre stabilisatrice et chassez cet axe de la chape.
 Mecanique 285 Suspension 04 210 Mecanique 285 Suspension 05 210
3 Dévissez les vis à tête cruciforme de fixation du pare-boue et déposez celui-ci.4 Débloquez et déposez l’écrou de l’axe du palier intérieur ; puis chassez l’axe vers l’intérieur. Déposez ensuite l’écrou de l’axe du palier extérieur et calez le bras, ou soutenez-le d’une main, pour compenser la pression du ressort de suspension. Chassez l’axe de l’intérieur vers l’extérieur.

Dépose des articulations d’une suspension à bras tirés

Déposez d’abord le boulon de la fixation inférieure de l’amortisseur, engagé dans une chape soudée sur le bras, à l’aide de deux clés. La barre stabilisatrice est raccordée sur chaque bras par une biellette déposez l’axe de fixation de celle-ci sur la chape soudée sur le bras. A l’avant de chaque passage de roue se trouve un pare-boue en matériau synthétique, qui masque les paliers du bras de suspension.

 

Dépose de la suspension
Commencez par comprimer, légèrement, le ressort (1). Repérez ensuite la position de l’obturateur d’accès au sommet de l’amortisseur, sur la tôle supérieure du compartiment moteur et dégagez-la en découpant la moquette pour accéder à l’écrou de fixation de l’amortisseur (2). Déposez les deux vis de fixation de chaque palier de la barre stabilisatrice et déposez ces paliers (3).
Mecanique 286 Suspension 05 135Mecanique 286 Suspension 06 135Mecanique 286 Suspension 04 135

1 À l’aide d’un comprime-ressort pour jambe McPherson, comprimez légèrement le ressort de suspension, juste assez pour qu’il ne s’échappe pas lorsque la fixation de l’amortisseur sera déposée.

2 En palpant la moquette recouvrant la tôle supérieure du compartiment moteur, repérez l’obturateur circulaire (A). Découpez la moquette à son emplacement (B) et déposez-le en faisant levier avec un tournevis. Déposez ensuite l’écrou de la fixation supérieure de
l’amortisseur (C).
3 Dévissez complètement les vis de fixation de chaque palier et déposez ceux-ci pour libérer et déposer la barre stabilisatrice.

 

Ce pare-boue est fixé ici par trois vis à tête cruciforme et retenu par quatre ergots ; déposez les vis et sortez le pare-boue. Eliminez par brossage la boue éventuellement accumulée dans le passage de roue. Chaque bras est articulé au longeron arrière sur deux paliers alignés. Calez le bras avec une cale en bois, et déposez successivement l’axe du palier interne, puis celui du palier externe. Veillez à ne pas rayer les axes en les chassant. S’ils sont corrodés, rayés, ovalisés ou faussés, il faudra les remplacer.


Dépose des arbres de transmission

L’architecture du train ne permet pas de sortir les bras de suspension avec les moyeux de roue, simplement en dégageant ces derniers hors des cannelures des arbres de transmission ; il faut donc déposer ces arbres. Les arbres étant dissymétriques, l’opération est différente pour chacun d’eux.

 

A gauche, il faut faire sortir de sa gorge le jonc d’arrêt qui immobilise l’extrémité interne de l’arbre dans le planétaire du différentiel. Pour cela, on fait reculer la tulipe du joint tripode interne à l’aide d’un chassoir inséré entre tulipe et carter de différentiel.

 

Dépose de l’arbre de roue
A l’aide d’un chasse-rotule à frapper, ou d’un chassoir spécial, décollez la tulipe du joint tripode gauche à la sortie du pont (1). Faites reculer légèrement la tulipe et comprimez le jonc en frappant l’extrémité du chassoir (2). Déposez ensuite les deux vis d’arrêt du roulement du palier de l’arbre droit, puis sortez l’arbre de roue (3).
Mecanique 286 Suspension 01 1701 Insérez un chassoir plat à bout concave, ou un chasse-rotule, entre le carter du pont et la tulipe, après avoir interposé une plaque de 1,5 mm d’épaisseur et 25 mm de large sur le côté du carter de pont.
Mecanique 286 Suspension 02 1702 Tapez à petits coups de marteau sur l’extrémité du chassoir, pour comprimer le jonc dans son alésage et faire reculer d’un ou deux millimètres la tulipe du joint tripode, afin de dégager le jonc d’arrêt d’extrémité de l’arbre.
Mecanique 286 Suspension 03 1703 La plaque d’arrêt du roulement de l’arbre droit est fixée par deux vis sur e palier fixé sur le bloc moteur : déposez cette plaque afin de libérer l’arbre de roue pour le sortir de la voiture.

 

A droite, il faut déposer le roulement du palier intermédiaire sur le bloc moteur. Examinez l’état des cannelures et des soufflets des joints tripodes. Si les cannelures sont endommagées, il faut remplacer l’arbre ; si un joint est endommagé, remplacez les deux en même temps.

 

Pour terminer de libérer le bras, il suffit de déposer la fixation supérieure de l’amortisseur, après avoir bloqué le ressort. Cette fixation est accessible sous un opercule, masqué sous la moquette garnissant la tôle supérieure du compartiment moteur, qu’il faut découper proprement, à l’aide d’un cutter.

Remontage d’une suspension à bras tirés

Examinez toutes les pièces démontées et remplacez celles qui sont usées ou endommagées. Nettoyez le bras et traitez toute trace de corrosion. Faites de même pour chaque ressort. Remplacez systématiquement les deux amortisseurs, ainsi que les bagues élastiques des paliers de chaque bras de suspension et toutes les rondelles-freins.

 

Placez un jonc élastique neuf dans la gorge usinée au bout de la tulipe du joint tripode interne de l’arbre gauche. Graissez légèrement les cannelures des arbres et les axes des paliers des bras. Le remontage s’effectue suivant un ordre inverse du démontage. Toutefois, fixez les axes des articulations (axes du bras, fixation inférieure d’amortisseur, fixation des biellettes de barre stabilisatrice) sans les bloquer.

 

Replacez le câble de commande du frein à main, et reposez les étriers de frein, avec des plaquettes neuves. Remontez les roues et redescendez la voiture au sol. Chargez le coffre d’une masse de 30 kg et bloquez définitivement les articulations à la clé dynamométrique, au couple spécifié.

 



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Révision des suspensions arrière d’une voiture
Rénover une suspension à bras tirés
Rénover la suspension avant d’une Peugeot 205


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques