Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Petites retouches de peinture de carrosserie d’une voiture

<< Retourner au Guide

 

S’il est indispensable d’avoir une carrosserie impeccable, ce n’est pas seulement par souci d’esthétique. Un jet de gravillons qui mitraille votre voiture peut fendiller les couches de peinture et laisser ensuite l’eau et divers agents corrosifs (neige salée, par exemple) s’infiltrer et attaquer la tôle. Au bout d’un mois ou deux, la peinture commencera à former des cloques et il faudra alors enlever toutes les parties endommagées, sous peine de voir la rouille s’étendre indéfiniment, rendant nécessaire la remise en peinture de l’ensemble de la carrosserie (occasion, au demeurant, de la débosseler).

Débosseler et repeindre une carrosserie est un travail qui effraie souvent le débutant, mais qui requiert en fait plus de soin et de patience que d’expérience ou d’habileté particulières. L’essentiel est de ne pas négliger le travail de préparation et de choisir soigneusement sa peinture en aérosol.

Retrouver les teintes d’origine d’une voiture

Les fabricants de peintures proposent aux constructeurs une très large gamme de teintes et souvent tout une série de nuances pour une seule couleur. II est bien évident que votre détaillant ne dispose pas toujours d’un choix aussi étendu dans les peintures aérosols. L’éventail est cependant suffisamment varié pour que vous puissiez retrouver la couleur d’origine de votre carrosserie. En France, par exemple, les gammes Auto/ac, Auto F, Corona, Nitrolac, Berger, Valentine, Dup/ico/or, Ascot, A/tona, proposent toutes les teintes courantes.

 

 

En cas de doute, sachez que toutes les automobiles portent une petite plaque métallique - fixée le plus souvent sous le capot - indiquant les références des coloris d’origine (ce renseignement est parfois porté sous le logement de la roue de secours).

Incompatibilités des peintures de voiture

La plupart des peintures en bombes sont des peintures cellulosiques. Elles s’appliquent sur n’importe quelle peinture d’origine, ainsi que sur les carrosseries repeintes avec une peinture cellulosique ou acrylique, mais pas sur une peinture synthétique. Si vous êtes en présence d’une peinture synthétique, il est conseillé d’appliquer une couche d’isolant (malheureusement inexistant en aérosol) avant de peindre, sinon la peinture prendra un aspect « plissé ».

Pour peindre une voiture : un local bien ventilé

Une bombe aérosol vaporise une zone bien plus vaste que celle à peindre. Il est donc indispensable de protéger les parties qui ne sont pas à repeindre et de placer la voiture dans un endroit suffisamment isolé et dégagé - loin des autres voitures, par exemple. La brise la plus légère, le moindre courant d’air, peuvent transporter les brouillards de peinture assez loin.

 

Laissez porte ou fenêtre de votre garage ouvertes. En effet, même si un aérosol contient trop peu de solvants pour qu’en s’évaporant ceux-ci soient franchement nocifs, il est toutefois déconseillé d’effectuer ce travail dans un local mal ventilé.

Les types de peinture de voiture

La peinture cellulosique, rarement employée de nos jours, fut utilisée sur la quasi totalité des automobiles construites entre les années vingt et la fin des années soixante. Toutefois, certaines marques de voitures de prestige continuent de l’employer du fait de son superbe aspect.

Cette peinture s’applique au pistolet, fortement diluée (100 %). Un très grand nombre de couches doit être appliqué car elle couvre très peu (10 à 15 couches). Elle possède cependant l’avantage de sécher très rapidement. Une fois sèche, il faut la polir à l’aide d’une pâte abrasive, puis la lustrer avec un liquide spécial. Ces inconvénients étant largement compensés par un brillant d’une profondeur incomparable ainsi qu’une surface parfaitement lisse. De plus, si elle est régulièrement entretenue par des lustrages périodiques avec un produit et un matériel appropriés, elle a une durée de vie quasi illimitée.

 

Cependant, le prix relativement élevé de ces peintures les fit supplanter par les peintures glycérophtaliques, beaucoup moins coûteuses et d’un emploi plus aisé. Ces dernières couvrent en effet très bien (une couche de glycérophtalique donne environ la même épaisseur que quatre couches de cellulosique) et permettent un brillant instantané (il n’est pas nécessaire de les polir ni de les lustrer). Elles sont de ce fait largement employées pour les voitures de grande série.

 

 

Ses inconvénients sont une surface légèrement irrégulière (peau d’orange) ainsi qu’un brillant moins profond que celui des cellulosiques. Elles ont aussi tendance à s’oxyder assez rapidement (ce qui explique, dans bien des cas, la moins grande longévité des peintures d’aujourd’hui).

Les peintures acryliques, d’un emploi assez récent, sont utilisées pour les voitures de haut de gamme, du fait d’un aspect qui les rapproche des cellulosiques. Certaines se polissent comme ces dernières alors que d’autres se mélangent avec un durcisseur et donnent un brillant direct. D’autres encore s’appliquent en deux fois pour les couleurs métallisées : une couche de teinte métallisée mate et une de vernis brillant. Cette peinture présente l’avantage de ne pas s’oxyder et donc de mieux résister à la corrosion.

 

Comment bien tenir la bombe de peinture

23_retouche_peinture_420
La mauvaise façon (à gauche) et la bonne façon (à droite) de tenir la bombe de peinture.


Retoucher les petites bosses de carrosserie

De petites bosses peuvent ternir l’aspect d’une carrosserie par ailleurs très saine. Elles ne sont pas assez marquées pour justifier un redressement ou un colmatage à la fibre de verre, cependant une simple couche de peinture ne suffit pas à les dissimuler. Les bosses seront alors comblées au mastic pour carrosserie.

 

01_retouche_peinture_21002_retouche_peinture_210
1 Les points de rouilles s’étendent sous le film de peinture et finissent par gagner au point de l’écailler, voire de percer complètement la tôle. Grattez la rouille jusqu’à mettre le métal complètement à nu sans pour autant le rayer. Toute trace de rouille pourrait entraîner très rapidement une reprise de la corrosion.2 Le grattage de la rouille doit se faire avec un objet métallique qui ne raye pas la tôle (ici une petite spatule métallique). La partie non pointue d’une lime à ongle ou la spatule d’un couteau-grattoir feront très bien l’affaire. Évitez dans tous les cas de trop entamer la peinture en bon état à la périphérie.

 

En ponçant, vous découvrirez peut-être que la couleur de la couche d’apprêt est différente de celle de la couche de finition. Dans la mesure du possible, respectez cette différence, car elle peut modifier la teinte finale. Les teintes standard sont le gris et le rouge oxydé, mais certains coloris originaux nécessitent des couches d’apprêt de couleurs spéciales.

 

Dernier point : votre peinture en aérosol risque de présenter un aspect plus brillant que celui de la peinture d’origine qui s’est ternie avec le temps. Vous atténuerez cette en passant uniformément, sur la peinture neuve comme sur l’ancienne, de la pâte à polir ou bien un vernis transparent en aérosol. Là aussi, un essai préalable sur un morceau de tôle vous permettra de mieux apprécier le résultat.

Pour adhérer correctement, le mastic doit être appliqué sur une surface rugueuse, peu étendue, et qui ne s’écaille pas. Comme il est décrit dans les photos 1, 2 et 5, débarrassez la surface à enduire de toute particule de peinture écaillée et de toute trace de rouille, et traitez à l’anti-rouille ; puis poncez au papier abrasif à gros grain (photo 3) pour obtenir l’aspect rugueux désiré en débordant légèrement sur la peinture encore bonne afin de permettre l’accrochage du mastic.

Vous trouverez des mastics de différentes qualités dans les magasins d’accessoires automobiles. Les mastics contenant des résines Epoxy ont l’avantage d’être relativement élastiques ; c’est important car les carrosseries sont soumises à d’incessantes vibrations et secousses (on a vu longtemps certains mastics se décoller avec les cahots de la route). Ces mastics résistent à l’essence, l’huile, l’eau et à de nombreux acides. Ils ne se contractent pas et ne se fendillent pas. En raison de leur composition chimique, il vaut mieux éviter tout contact avec la peau.

Notre travail achevé, lavez-vous soigneusement les mains et nettoyez les outils avec un diluant cellulosique faute de quoi ils seraient inutilisables pour une prochaine fois.

 

03_retouche_peinture_13504_retouche_peinture_13505_retouche_peinture_135
3 Après le grattage superficiel, passez au premier ponçage, avec du papier abrasif de carrossier (papier à l’eau ou tissu abrasif noir) à gros grain. Partez du centre vers l’extérieur.4 Le premier ponçage est suivi d’un second, cette fois avec un papier abrasif beaucoup plus fin qui permet d’éliminer les rayures faites par le premier. Débordez largement sur la peinture saine pour la dépolir.5 La tôle étant parfaitement mise à nu, et la peinture en périphérie étant dépolie, passez de l’antirouille avec un chiffon propre, de façon à prévenir toute reprise de la corrosion. Si celle-ci se produisait sous la nouvelle peinture, elle cloquerait rapidement. Essuyez l’excédent de produit.

La couche d’apprêt d’une carrosserie

II est nécessaire d’appliquer une couche d’apprêt gris avant la couche de finition. Ce produit, relativement épais, achèvera d’uniformiser les petites imperfections que le mastic présente presque toujours en surface, même s’il a été lissé avec le plus grand soin. Sa forte adhérence assurera au métal une protection supplémentaire. Enfin, il permettra une meilleure fixation des couches de finition. L’apprêt est facile à étendre. Cela vous permettra, en outre, d’acquérir le tour de main exigé par l’application délicate de la couche de finition.

Première couche de peinture d’une voiture : préparation

  1. Gratter les parties qui s’écaillent. Procéder circulairement jusqu’à mettre la tôle luisante à nu.
  2. Ne laisser aucune particule de peinture écaillée, ni aucune trace de métal rouillé. Souffler pour chasser la poussière.
  3. La surface à peindre doit être parfaitement lisse, il faut donc poncer l’emplacement de la retouche. Avec un papier abrasif sec à gros grain (n° 180 environ), poncer la tôle mise à nu en effectuant un mouvement circulaire et en partant du centre vers les bords. Déborder légèrement sur la peinture encore bonne, dont on ne doit pas sentir l’épaisseur autour de la retouche. Continuer à poncer jusqu’à ne plus sentir aucune irrégularité.
  4. Élargir maintenant la partie poncée avec un abrasif fin mouillé (n° 360), en appuyant plus faiblement et en ôtant le film de peinture pour faire apparaître les souscouches : elles peuvent être de différentes couleurs. La partie de tôle mise à nu doit être la plus réduite possible, mais assez grande cependant pour que toute la surface atteinte par la rouille soit ôtée. Poncer tant que la zone à repeindre n’est pas parfaitement lisse.
  5. Passer ensuite un antirouille qui empêchera la rouille de réapparaître sous la nouvelle couche de peinture. Appliquer soit au pinceau, soit à la brosse métallique si la tôle est déjà très oxydée. Laisser agir l’antirouille selon le mode d’emploi, puis ôter le surplus.
  6. La surface à enduire doit être dégraissée au whitespirit ou à l’essence légère « A », décapée avec un détergent, rincée à l’eau claire puis parfaitement séchée avant de préparer le mastic. Suivre scrupuleusement le mode d’emploi. Mélanger de petites quantités de résine et de durcisseur sur un morceau de carton : ce mélange doit être utilisé dans les dix minutes.
  7. À l’aide d’une spatule de plastique (photo 7) ou d’un morceau de carton, étendre le mastic par minces couches successives, en allant du centre vers les bords jusqu’à former une légère surépaisseur. Ne pas étendre de couches trop épaisses : le mastic coulerait. Il faudrait alors ôter l’excès à la spatule, tasser et laisser durcir un peu avant de préparer et d’appliquer une nouvelle couche. Laisser sécher environ une heure avant de commencer à poncer (davantage en dessous de 10°).
  8. Après avoir poncé au papier abrasif à gros grain pour définir grossièrement les contours de la partie à réparer, affiner au papier abrasif fin (photo 8). II faut obtenir un aspect parfaitement lisse, sans aucune irrégularité au toucher. Ne pas utiliser de cale à poncer pour passer l’abrasif, sauf sur les parties absolument planes ; pour suivre aisément les courbes de la tôle, s’aider d’un morceau de caoutchouc ou de plastique souple.
  9. Ne pas délimiter trop étroitement la surface à traiter. Laisser même à découvert une marge de 2,5 à 5 cm, pour que la couche d’apprêt et la couche de finition chevauchent la peinture encore bonne. Protéger les parties environnantes avec du papier journal. Ne pas lésiner sur le ruban adhésif, dont il faut recouvrir chaque joint, chaque fente, chaque bord de feuille de journal : Fa peinture ne doit s’infiltrer nulle part. Masquer aussi chromes et poignées de portes à l’aide de ruban adhésif en appuyant fortement.
  10. Nettoyer la retouche avec un chiffon non pelucheux trempé dans l’eau avant d’appliquer la couche d’apprêt. Maintenir la bombe à la verticale, ou aussi droite que possible par rapport à une surface horizontale toit ou capot. Vaporiser à une distance de 20 à 30 cm (photo 10) avec un large mouvement de va-et-vient, latéralement et de haut en bas, pour que chaque nouvelle couche de peinture « chevauche » la précédente d’environ 2,5 cm. On évitera ainsi les surépaisseurs très visibles sur de larges panneaux comme les portières. Presser la tête de la bombe à fond avant qu’elle ne soit en face de la partie à couvrir (le jet ne doit pas être faible). Ainsi, on balaie largement carrosserie et papier journal, le jet de peinture sera à sa force maximum et couvrira la tôle d’un fil régulier. Relâcher complètement la pression après chaque passage.
  11. La première couche doit tout juste masquer la tôle ou le mastic. Procéder par couches fines qu’on laisse complètement sécher (environ 1/4 d’heure) avant d’appliquer la suivante. Si le film, trop épais, coule, laisser bien sécher, poncer les bavures avec un papier abrasif fin (n° 360 ou 400) puis passer une seconde couche.

 

06_retouche_peinture_135
07_retouche_peinture_13508_retouche_peinture_135
6 Préparez du mastic pour combler les petites irrégularités de la tôle. Ce genre de mastic est en principe à deux composantes qu’il faut mélanger intimement avant utilisation (produit + durcisseur).7 Avec une spatule souple (généralement en caoutchouc) étendez le mastic sur la surface à réparer, en cherchant à obtenir une surface aussi lisse que possible. Laissez sécher complètement jusqu’à durcissement.8 Le mastic étant complètement dur, polissez avec un abrasif très fin. Assurez-vous que la surface est parfaitement lisse, et que plus aucune irrégularité ne subsiste au toucher. Procédez à ce contrôle avec le dos de la main et renouvelez le ponçage autant de fois que nécessaire.
09_retouche_peinture_135
10_retouche_peinture_13511_retouche_peinture_135
9 Il est indispensable de protéger la peinture environnante avant la nouvelle mise en peinture. Pour cela, utilisez du papier de journal que vous maintiendrez avec du ruban adhésif. Protégez aussi les chromes.10 Nettoyez soigneusement la partie à peindre, puis vaporisez la première couche d’apprêt en tenant la bombe aussi droite que possible. Procédez par mouvement de va-et-vient, la bombe à 20-30 cm de la tôle.11 Pour une réparation très soignée, il est préférable de passer deux couches d’apprêt, la seconde plus épaisse que la première. Attendez toujours le séchage complet de la première couche avant de passer à l’application de la seconde (15 à 20 mn). Mieux vaut appliquer plusieurs couches qu’une seule très épaisse.

 


Comment atténuer les différences de ton d’une peinture de voiture

II se peut que sur une petite surface, la retouche ne s’accorde pas avec la peinture d’origine, surtout lorsque celle-ci s’est ternie. Les professionnels ont leurs « trucs » pour atténuer les raccords. en partant du ton de la nouvelle peinture, ils appliquent plusieurs couches en dégradé, jusqu’à la teinte de l’ancienne. De cette façon, le passage d’un ton à l’autre est à peine visible. Dans le cas de la retouche (A), ils vaporisent d’abord la couleur brute sur la réparation. Ensuite, ils la diluent légèrement pour l’appliquer sur une surface plus large (A + B), de manière que l’ancienne peinture transparaisse faiblement, puis davantage pour la passer sur une surface plus étendue (A + B + C), jusqu’à ce que l’ancienne peinture soit nettement visible par transparence. Cette méthode permet de passer progressivement d’un ton à l’autre sans rupture brutale, mais ne peut pas se faire avec les bombes aérosols, quine permettent pas les mélanges de peintures. Une fois que les deux ou trois couches ont été appliquées, on vaporise un vernis transparent (mais pas de diluant) sur la retouche et les parties environnantes. Parce procédé, on obtient trois graduations, ancienne peinture + vernis, nouvelle peinture + vernis, en atténuant le passage d’un ton à l’autre. En suivant attentivement cette méthode, vous obtiendrez un résultat proche de celui d’un professionnel.

TechPro retouche peinture 210 2TechBrico retouche peinture 210 2
La technique du professionnelLa solution du bricoleur avec du vernis

 

La machine à peinture

Lorsqu’ils désirent effectuer une retouche de peinture, de nombreux utilisateurs sont confrontés au problème de trouver une teinte exacte. En effet, la grande multiplicité des teintes ne permet pas toujours au détaillant de stocker une aussi grande quantité de produits. Par ailleurs, certains accessoiristes automobiles possèdent une machine à peinture capable de reproduire une teinte d’origine à partir des teintes de base. Ils disposent à cet effet d’un système de microfiches ; chacune d’elles représente une couleur dont le dosage des diverses teintes de base est inscrit en grammes. Une bascule électronique permet un mélange d’une grande précision.




Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Réparer l’avant de la carrosserie d’une Citroën GSA
Petites retouches de peinture de carrosserie d’une voiture
Peinture d’une voiture avec un pistolet basse pression


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques