Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

Le système anti-blocage (ABS) d’une voiture

<< Retourner au Guide

210_1_350

Lorsque le conducteur freine brutalement, il se produit un ralentissement inégal des différentes roues du véhicule du fait, en particulier, des variations de revêtement routier, des conditions d’adhérence de chaque roue (une roue peut être sur une partie de chaussée sèche, l’autre sur du mouillé ou du verglas), et de la répartition des masses et des poids dans le véhicule. Il peut en résulter un blocage d’une ou plusieurs roues avec, pour double conséquence, une perte d’efficacité du freinage et une absence totale d’adhérence de la roue concernée. La voiture freine donc moins bien (la distance d’arrêt s’accroît considérablement), et elle perd sa trajectoire, allant jusqu’à se mettre en tête-à-queue.

Les premiers systèmes

210_2_350

 

On a donc très tôt cherché à mettre au point un système permettant de relâcher l’effort au freinage sur la roue dès que celle-ci approche du blocage.

 

Le premier dispositif de ce genre est apparu dès 1925 chez Chenard et Walker. Il s’agissait alors d’un système reposant sur l’utilisation de la force centrifuge. Mais c’est dans les années 60, sous l’impulsion de l’ingénieur Trévaskis, que fut mis au point le système actuel, reposant sur l’utilisation de capteurs de vitesse directement sur les roues.

L’électronique

Elle a permis d’améliorer considérablement le dispositif, actuellement produit par la firme allemande Bosch, et monté de ce fait sur les berlines de prestige Mercedes et BMW, en attendant d’équiper, dans des formes simplifiées, toutes les berlines européennes de gamme moyenne.

 

bloc_abs_200L’A.B.S. comprend un capteur sur chaque roue et en sortie de différentiel. L’information est transmise à un calculateur électronique qui mesure instantanément les variations de vitesse des roues entre elles. Après analyse, le calculateur transmet ses ordres à une valve régulatrice de pression, disposée dans un groupe hydraulique associé au maître-cylindre. Ce groupe fait ensuite varier la pression sur tel ou tel étrier, rendant impossible le blocage de la roue. Cette succession d’opérations se fait, bien sûr, extrêmement rapidement, le temps de réponse, en matière de freinage, devant naturellement être très bref. Les corrections effectuées par ce dispositif sont clairement ressenties sous le pied lorsqu’on freine. L’impression première est que la voiture freine moins bien, puisque l’A.B.S. limite la puissance du freinage pour éviter le blocage. Ce n’est, bien sûr, qu’une impression, car faute de cette intervention la distance de freinage se trouverait considérablement accrue.

 

Ce dispositif prend tout son intérêt sur chaussée humide, mais plus encore lorsque la route est verglacée par places, ou enneigée. Les différences d’adhérence peuvent alors varier considérablement. Initialement réservé aux voitures de très haut de gamme, compte tenu de son prix, l’A.B.S. (ou un système voisin) est progressivement étendu aux gammes moyennes ; une tendance quine fera que s’affirmer, faisant profiter l’ensemble de la construction automobile d’un dispositif essentiel pour la sécurité de tous.

211_300



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Correcteurs de freinage d’une voiture
Fermeture de portes centralisée d’une voiture
Problèmes d’allumage sur une voiture


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques