Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

La commande d’embrayage d’une voiture

<< Retourner au Guide

Le type de la commande d’embrayage varie en fonction du type de l’embrayage lui-même. Sur les embrayages classiques (à disques) qui équipent la majeure partie des véhicules actuels (du moins en France), lorsque le moteur ne tourne pas, celui-ci est relié en permanence à la boîte de vitesses. La commande a pour rôle de désolidariser moteur et boîte dans la phase dite de débrayage. Elle est actionnée par le conducteur, ou automatiquement.

 

Avec les embrayages centrifuges (à leviers et masselottes), les coupleurs électromagnétiques et les coupleurs hydrauliques, le principe est exactement inverse : lorsque le moteur ne tourne pas, la boîte de vitesses et le moteur ne sont pas en relation. La commande d’embrayage a pour fonction d’établir cette relation ; elle se fait automatiquement à partir d’un certain régime.

138_350

La commande classique

Elle est actionnée par le conducteur, et peut être mécanique ou semi-automatique. La commande mécanique est du type à tringlerie, à câble ou hydraulique, par une pédale située au plancher. Cette pédale commande le mouvement d’un levier qui tire sur un ensemble de tringleries et d’articulations, elles-mêmes reliées au levier, appelé fourchette d’embrayage, qui traverse la cloche d’embrayage et porte la butée à son extrémité. Ce système aujourd’hui abandonné est remplacé par la commande du type à câble et gaine.

 

La gaine est fixée à ses extrémités au pédalier et à la cloche d’embrayage. Le câble relie la pédale à la fourchette. Dans les deux types, un ressort assure le rappel du mécanisme. La commande hydraulique est similaire à la commande par câble, mais elle travaille en pression et non pas en traction. Un maître-cylindre (pompe) comporte un réservoir et un piston actionné par la pédale. Des tuyauteries contiennent le liquide hydraulique et relient le maître-cylindre au cylindre récepteur, boulonné sur la cloche, qui renferme un piston repoussant la fourchette grâce à une tige. Lorsque l’on appuie sur la pédale, le piston du maître-cylindre repousse le liquide dans le circuit, le liquide repoussant lui-même le piston récepteur et donc, la fourchette.

 

Les mécanismes à commande par câble et hydraulique sont compatibles avec les mouvements et les vibrations du moteur par rapport à la carrosserie lorsqu’il est monté sur des supports en caoutchouc. Ainsi ces mouvements ne sont pas ressentis dans la pédale, alors que c’est le cas avec les commandes par tringlerie. La commande hydraulique est plus souple, plus agréable, et moins sensible à la corrosion. Elle peut être assistée. Chez Citroën, par exemple, l’utilisation de la pression hydraulique fournie par la pompe alimentant le dispositif de suspension permet ici d’agir sur la commande hydraulique de l’embrayage. Avec la DS, la marque avait développé un système permettant de supprimer la pédale d’embrayage : un contacteur, situé dans le mécanisme de sélection des vitesses, déterminait cette commande. À chaque changement de vitesse, la commande agissait donc automatiquement sur l’embrayage (asservissement).

 

Le même système, assisté mais non asservi, a été monté sur certaines Maserati à l’époque où la marque italienne était étroitement liée à Citroën. La commande par pédale classique demande ici un effort moins important et peut être associée à un embrayage surdimensionné, pour absorber la puissance très importante du moteur.


Les commandes asservies ou automatiques

Elles équipent les embrayages débrayés au repos. Sur les embrayages électromagnétiques, il suffit de couper ou de faire varier l’intensité du courant pour obtenir soit l’enclenchement ou le désenclenchement de la transmission, soit l’embrayage progressif. L’interruption du courant se fait grâce à un petit bouton placé sur le levier de vitesses que l’on actionne lors du changement de vitesse. Il n’y a donc pas de pédale. L’enclenchement progressif de la transmission se fait grâce à une résistance variable commandée par un bouton au tableau de bord.

 

Sur les embrayages centrifuges, il n’y a pas de commande du tout et il suffit d’accélérer pour que la force centrifuge provoque l’opération d’embrayage. Sur les 2CV équipées de la sorte, la pédale ne servait que pour le passage des vitesses au-delà de la première.



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
L’embrayage d’une voiture : réglage et rénovation
Correcteurs de freinage d’une voiture
Dépose du moteur d’une voiture


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques