Comparateur assurance auto

350€ d’économies en moyenne pour les mêmes garanties

100% gratuit, Sans engagement

L’injection mécanique essence d’une voiture

<< Retourner au Guide

 

Le système d’injection d’essence mécanique a constitué un avancée significative sur le carburateur pour produire des gaz carburés utilisables par le moteur. Ce système emploie une pompe à haute pression envoyant le carburant dans des injecteurs placés dans la culasse. Les collectionneurs de voitures anciennes tel que les Mercedes ou les Peugeot des années 1960 connaissent la fiabilité de ce système d’injection.

L’injection mécanique, un système ancien

Les premiers essais furent effectués en 1903 sur l’avion des frères Wright. Ils avaient choisi l’injection, car les carburateurs très primitifs de l’époque ne permettaient qu’un rendement assez médiocre, peu compatible avec la recherche d’un bon rapport poids/puissance indispensable en aéronautique. Le français Gaston Levavasseur utilisa lui aussi ce système pour ses moteurs d’avion à 8 et à 16 cylindres en V dont un équipa l’Antoinette de Hubert Latham dans sa tentative malheureuse de traversée de la Manche en 1909. Les progrès de l’injection furent liés aux développements du moteur à gazole menés par Diesel, Robert Bosch et Herbert Ackroyd-Stuart. Mais jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’automobile ne s’y intéressa guère.

 

Ce n’est que par la suite que les constructeurs ont commencé à se tourner vers ce système, tout d’abord en vue de la compétition en raison du gain de puissance qu’il offre par rapport à une alimentation par carburateurs. On estime qu’entre un même moteur équipé de carburateurs double-corps et d’une injection, la différence de puissance est d’environ 15% en faveur du second. La Jaguar Type D 3,8 I de l’écurie Ecosse qui gagna Le Mans en 1957 était équipée d’une injection Lucas étudiée par l’ingénieur Eric Downing. Ensuite, quelques voitures de grand tourisme ou de sport en furent équipées, comme la Maserati 3500 GTI, la Mercedes 300 SL « Papillon », la Triumph TR5.

 

Peugeot fut le premier constructeur français à adopter l’injection sur la 404 ; Citroën fit ensuite bénéficier la DS de l’injection électronique Bosch en 1972. Peugeot resta longtemps fidèle à l’injection mécanique et, en particulier, au système allemand Kugelfischer, utilisé dès la 404. Depuis la 505, Peugeot est passé, comme tous ses concurrents, à l’injection électronique. Aujourd’hui, tous les constructeurs ont adopté ce système.

090_420


Principes de fonctionnement de l’injection automobile

L’ensemble d’un système à injection est alimenté par une pompe à essence classique délivrant le carburant sous une pression d’environ 200 millibars. L’essence arrive dans une pompe haute pression. Cette pompe possède plusieurs pistons correspondant chacun à un des cylindres du moteur ; elle injecte au moment voulu une dose de carburant finement vaporisé par un injecteur situé dans la pipe d’admission (la pression se situe entre 1,5 bar et 7 bars).

Le volume d’air admis dans les cylindres est contrôlé par un papillon ou volet semblable à celui utilisé dans les carburateurs. La dose de carburant injecté dépend de l’enfoncement de la pédale d’accélérateur par l’intermédiaire du papillon de débit d’air qui lui est directement relié.

En effet, un volet est situé dans le courant d’air d’admission et s’enfonce plus ou moins suivant la vitesse de défilement de l’air. Il est relié à la pompe à injection et commande le dosage du carburant en fonction, donc, du volume d’air entrant dans les cylindres.

 

C’est cette relation entre le papillon situé à l’entrée de la pipe d’admission et la pompe à injection qui règle la richesse du mélange carburé. Un dispositif annexe à la pompe à injection permet un enrichissement du mélange nécessaire pour les démarrages à froid. Ce système est commandé par un thermostat à peu près du même type que ceux utilisés pour la commande des starters automatiques équipant les voitures munies de carburateur(s).


Avantages et inconvénient de l’injection automobile

Les principaux avantages de l’injection sont un gain de puissance très sensible ainsi qu’une consommation inférieure à celle d’un moteur équipé de carburateur(s). Cela résulte en partie d’une vaporisation plus fine permettant l’emploi d’un mélange plus pauvre, surtout aux bas régimes. De plus, chaque cylindre possédant son propre injecteur, le mélange qu’il reçoit est absolument identique à celui des autres cylindres, ce qui n’est pas le cas d’un moteur ne possédant qu’un seul carburateur. Le seul inconvénient de l’injection est la complexité de sa fabrication qui entraîne un prix de revient doublé par rapport à une alimentation par carburateurs. la proction en grande série a permis de gommer cette différence de prix.



Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Voir aussi :
Réparer une pompe à essence de voiture
Entretenir le réservoir d’essence d’une voiture
La pompe à essence d’une voiture


Retrouvez nos 6 grandes catégories :
- Equipements de voiture
- Mécanique
- Modèles de voitures
- Prototypes
- Réglementation
- Voitures anciennes
- Voitures électriques