Pikes Peak, la course de légende(s)

Publié le

Quand on pense à une course de côte en sport automobile, Pikes Peak vient directement à l’esprit, et pour cause. Entre son âge (organisée depuis 1916), sa typographie (2865 mètres d’altitude au départ, 4305 mètres à l’arrivée), sa longueur (19.93 km de 156 virages) et son danger (600 mètres de ravin sans protection !), la "course vers les nuages" a pris le temps de se construire une sacrée histoire. En voici quelques moments marquants.

1989 : le coup de pub de Peugeot

Pikes Peak a fini par attirer de grands constructeurs tels que Audi qui a fait main basse sur l’épreuve durant les années 80 : six victoires de suite de 1982 à 1987 ! La Français Michele Mouton faisait d’ailleurs parti des vainqueurs en 1984 et 1985. Au grand dam de Peugeot qui s’était aussi lancé à l’aventure.

Peugeot a touché au but en 1988 et 1989 avec un autre champion de rallye, Ari Vatanen, et Robby Unser. Mais surtout, grâce au documentaire "Climb Dance" qui mettait en scène la performance de Vatanen sur la 405 T16, Pikes Peak se faisait connaître du grand public.

2011 : la barre des 10 minutes franchie

Plus les années passent et plus les véhicules sont capables d’aller vite. En comparaison d’autres disciplines plus réglementées, Pikes Peak pousse vraiment les constructeurs et pilotes à chercher le dernier carat. Ainsi, si la première course a vu Rea Lentz l’emporter en un peu moins de 21 minutes, on a eu droit en 2011 au premier meilleur tour en moins de dix minutes.

Sans surprise pour les spécialistes, la performance a été signée par Nobuhiro "Monster" Tajima, le recordman de victoires à Pikes Peak. Le Japonais détient en effet neuf trophées dans la catégorie "unlimited" (aucune limite de puissance), l’édition 2011 ayant vu son baroud d’honneur avec un chrono de 9 minutes et 51 secondes sur Suzuki SX4.

2013 : Loeb dans les nuages

Pour rester dans les "nonuples" vainqueurs, Sébastien Loeb a lui aussi inscrit son nom dans l’histoire, si tenté qu’il en avait besoin au vu de sa carrière en rallye ! L’ancien pilote Citroën a cette fois-ci piloté une Peugeot, une 208 T16 plus précisément qui passait de 0 à 100 km/h en.. 1.8 seconde. Tout simplement.

Cette mécanique de folie et le grand talent d’un sportif qui ne l’est pas moins a conduit cet équipage au sommet de la côte en 8 minutes et 13 secondes, établissant alors un nouveau record pour sa première participation.

2018 : l’électrique au pouvoir

Les voitures électriques s’imposent non seulement sur nos routes quotidiennes mais aussi en sport automobile. Et briller à Pikes Peak est justement une très bonne façon de montrer à quel point cette technologie peut être efficace.

C’est ainsi qu’après une première victoire non-thermique en 2015, Romain Dumas vient d’établir un nouveau record au volant d’une Volkswagen I.D R. Après les 10 minutes, après les 9 minutes, ce sont les 8 minutes qui ont été dépassées : 7 minutes, 57 secondes et 148 millièmes.

A l’année prochaine pour mieux encore ?


Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Avis sur «Pikes Peak, la course de légende(s)»

Publiez votre avis