Les feux de signalisation : quelle réglementation ?

Publié le

par Olivier Guillaume

Les feux de signalisation sur les voitures jouent un rôle important dans la conduite au quotidien et pas uniquement de nuit. On retrouve de nombreux feux de signalisation sur nos véhicules, chacun remplissant sa fonction. Ce n’est donc pas pour rien que le Code de la route en rend certains obligatoires. Mais pas tous.

Les feux avant obligatoires

Le Code de la route nous enseigne l’utilisation de trois types de feux pour l’éclairage, afin de voir les autres usagers mais aussi afin que ceux-ci nous distinguent. Ces feux doivent être au minimum au nombre de deux.

Les feux de position servent uniquement à être vu mais ne contribuent pas à améliorer la visibilité. Ils doivent donc être utilisés si cette visibilité est encore suffisante ou si elle commence à décliner. Pour voir et être vu à la fois, on utilise les feux de croisement, qui éclairent jusqu’à 30 mètres. Ils servent pour la majorité des circonstances : de jour et de nuit, par temps de pluie ou en cas de brouillard, et pour éviter d’éblouir les autres usagers.

Enfin, les feux de route ou pleins phares servent à éclairer jusqu’à 100 mètres. Ils sont utilisés si la route n’est absolument pas éclairée et si aucune voiture ne circule en face de soi dans les deux sens de circulation. Si une voiture roule devant ou survient sur l’autre voie, il faut utiliser les feux de croisement pour ne pas les éblouir.

On compte enfin les deux feux clignotants qui indiquent votre direction ainsi que l’éclairage de la plaque avant. Cet éclairage s’allume en même temps que les feux de position. Aussi, les autres feux (croisement, route, antibrouillard) ne s’activeront que si les feux de position le sont. Enfin, bien entendu, ne roulez jamais sans feux la nuit.

Les feux arrière obligatoires

Les feux arrière servent bien entendu à être vu par les autres usagers, surtout lorsque la visibilité est mauvaise. On retrouve donc deux feux de position qui éclairent sur 150 mètres minimum, deux feux stop pour signaler le freinage du véhicule, les deux feux clignotants de direction, deux feux de brouillard, un éclairage de la plaque et deux catadioptres rouges non triangulaires.

Pour rappel, les feux de brouillard arrière sont à utiliser en cas de brouillard et de chute de neige. Par contre ils sont interdits sous la pluie car ils sont susceptibles d’éblouir les autres usagers.

En cas d’absence ou de non-conformité des feux les plus importants, le conducteur risque une amende de 3è classe (68 euros) et son véhicule pourrait même être immobilisé.

Les feux facultatifs

Ces feux ne sont pas obligatoires et ne se retrouvent donc pas sur tous les véhicules. Ainsi, les feux de brouillard avant ne sont pas obligatoires. Ils sont néanmoins bien utiles car ils complètent la visibilité en cas de conditions climatiques difficiles, y compris sous la pluie contrairement aux feux arrière. Ils s’allument en association avec les feux de croisement.

Sinon, on peut retrouver selon les modèles des feux longue portée, des feux de circulation diurne, des feux de position latéraux ou des feux de stationnement.


Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto


Avis sur «Les feux de signalisation : quelle réglementation ?»

Publiez votre avis