F1 : le ’halo’ peine à convaincre les pilotes

Publié le

par Olivier Guillaume

Depuis l’accident mortel de Jules Bianchi fin 2014, la Fédération Internationale de l’Automobile a compris qu’il fallait améliorer la sécurité des pilotes par rapport à leur protection de la tête. C’est dans ce but que des systèmes tels que le halo de Ferrari ou l’aeroscreen de Red Bull ont été testés durant l’intersaison.

Si le second dispositif a eu droit à son introduction durant les premiers essais du Grand Prix de Russie, c’est bien le premier cité qui a obtenu les faveurs de la FIA pour une utilisation dès 2017. C’est ainsi que ce vendredi à Silverstone, on a pu retrouver ce système peu esthétique sur la monoplace de Sebastian Vettel, le temps d’un tour de piste. Or, le quadruple champion du Monde a quelques réserves sur la question.

En effet, Vettel a déploré le manque de visibilité provoqué par le halo. S’il a malgré tout pu piloter sans problème, il a en revanche regretté l’impact du système sur son champ de vision, ce qui n’est pas anodin. D’aucuns affirment même qu’en cas d’accident, le halo pourrait être un danger pour le pilote s’il encaisse mal un choc. De quoi, peut-être, repousser son introduction pour 2018, le temps d’améliorer l’ensemble.


Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto


Avis sur «F1 : le ’halo’ peine à convaincre les pilotes»

Publiez votre avis