Ce qui change au 1er janvier 2018, ép.2 : le malus

Publié le

par Olivier Guillaume

Comme toujours, le nouvel an apporte son lot de changements, de nouvelles mesures ou de nouvelles réglementations, et ce dans bien des domaines. Le secteur de l’automobile n’y échappe évidemment pas ! Penchons-nous sur la question.

Le malus plus sévère

- Pour les véhicules neufs : souvenez-vous, il y a douze mois était apparue la grille de pénalités au gramme près. Une mesure solide qui se voit renforcée cette année : le principe est identique mais la taxe débute à 120 g/km de CO2, au lieu de 127 g/km. La conséquence est directe : davantage d’autos sont concernées et l’impôt augmente - parfois de manière significative - pour celles déjà concernées en 2017. Ainsi, le malus maximal commence à 185 g/km (au lieu de 191), ce qui fait passer le montant de 10000 à 10500 €.

- Pour les véhicules d’occasions : pour rappel, le malus existait déjà pour les véhicules d’occasion rejetant plus de 200 g/km de CO2. Depuis le 1er janvier, un nouveau système est mis en place en fonction de la puissance fiscale. L’objectif avoué : toucher plus de voitures et notamment les hybrides rechargeables. Ce nouveau malus sera réduit d’un dixième par an. Aujourd’hui, la pénalité est définie comme suit : 100 € pour les véhicules de 10/11 CV, 300€ pour les 12 à 14 CV et 1000 € pour les 15 CV et plus.


Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto

Avis sur «Ce qui change au 1er janvier 2018, ép.2 : le malus»

Publiez votre avis