Automobile : 45 ans de mensonges et de dissimulation

Publié le

par Thomas Criqui

Cela fait maintenant un an que l’affaire du Dieselgate est venu entacher l’image de Volkswagen, notamment outre-Atlantique. Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un constructeur automobile use de mensonges et de dissimulation. Petit tour d’horizon des plus gros scandales que le milieu de l’automobile ait connu.

1966 - Les transmissions de la mort Ford
Les transmissions automatiques du constructeur américain construites entre 1966 et 1980 pouvaient présenter de sérieux défauts de fabrication : En effet, il arrivait que ces dernières glissaient de la position D (marche avant) à R (marche arrière) sans raison, ce qui avait pour conséquence de faire faire des tonneaux au véhicule équipé.

Pourtant au courant de ce soucis, Ford avait alors préféré dédommager discrètement les victimes plutôt que de corriger le problème. Il n’était pourtant question que de 3ct d’euros par voiture... Au final, ce laxisme aura causé près de 800 accidents et 77 décès.

1971 - Ford et sa Pinto inflammable
Face à une féroce concurrence des constructeurs nippons et européens, s’imposant sur le marché de l’entrée de gamme, Ford décidait de lancer la Pinto en 1971. Cette dernière s’avèrait cependant très dangereuse puisqu’en cas de collision par l’arrière, le réservoir se décrochait et s’enflammait. Pire encore, le châssis se déformait et il devenait impossible d’ouvrir les portes de la Pinto.

Conscient du grave problème, le premier constructeur automobile américain décidait cependant de ne rien changer à sa Pinto en raison d’un contexte économique défavorable pour la marque. Une décision détestable, d’autant plus que la résolution du problème ne coûtait que 12€ par voiture... Il aura finalement fallu attendre 1980 pour que Ford se décide enfin à stopper la vente et la production de la Pinto.

1986 - La mauvaise blague de l’Audi 5000
Cette année là, un journal télévisé outre-Atlantique avait réalisé un reportage dans lequel des propriétaires d’Audi 5000 affirmaient avoir rencontré un très sérieux problème sur leur voiture : cette dernière accélérait sans raison et sans aucune intervention du conducteur.

Il s’avérait cependant que c’était l’équipe du journal qui avait volontairement modifié les Audi 5000 en question et bidouillé un système de déplacement par compression à air. Une blague de très mauvais goût qui a longtemps terni l’image d’Audi ainsi que ses ventes aux USA et au Canada (75.000 véhicules vendus en 1985 contre 12.000 à peine en 1991). Ce n’est que depuis quelques années qu’Audi réalise à nouveau des recettes intéressantes en Amérique du Nord.

Années 2000 - Le système de démarrage défectueux de GM
Au milieu des années 2000, GM s’était remarquer avec une grave histoire de système de démarrage défectueux, qui pouvait mettre hors tension le moteur, bloquant ainsi la direction et empêchant les airbags de se déployer. Pourtant conscient du problème, General Motors a attendu près de 10 ans pour organiser une énorme campagne de rappel.

Il y a tout juste un an, GM a été condamné par la justice américaine et s’est adjugé d’une amende de 900 millions d’euros. Un moindre mal quand on sait que sa négligence à coûté la vie à plus de 120 personnes, dont 90 pour la seule Chevrolet Cobalt, la voiture la plus concernée par ce problème mortel de système de démarrage.

2010 - Les Toyota qui accélèrent sans raison
De soudaines et surprenantes accélérations sur des modèles Toyota ont causé 5 décès en 2010. Le constructeur avait alors décidé de lancer une enquête pour comprendre le problème avant de s’acquitter d’une amende d’1,2 milliards d’euros pour échapper aux poursuites.

Ce n’était pourtant qu’un simple problème de tapis de sol qui glissait et bloquait la pédale d’accélérateur qui causait ces multiples accidents au volant de Toyota. Mais c’est surtout les mensonges du premier constructeur mondial lors de son procès qui ont écorné son image.

2015 - Les airbags défectueux de Takata
Fabricant d’airbags et fournisseur d’une quinzaine de constructeurs automobile, Takata a été pris la main dans le sac en 2015. La firme japonaise avait dissimulé un défaut du gonfleur des airbags qui faisait éclater des pièces en plastique voir en métal. Alors que la campagne de rappel - qui a déjà coûté des millions d’euros - n’est toujours pas terminée, 8 décès sont déjà à déplorer...

2015 - Le dieselgate de Volkswagen...
Cette même année, le scandale du dieselgate est venu entacher l’image de Volkswagen. Une étude américaine avait démontré que certains constructeurs automobile, Volkswagen en tête, dépassaient largement les seuils d’émission de NOx. Les mesures effectuées sur la VW jetta démontraient que cette dernière rejettait 22,6x plus d’oxyde d’azote que lors des mesures officielles.

Très rapidement, des tests plus poussés sont effectués et dévoilent l’existence d’un logiciel limitant les rejets de gaz nocif lors des premières mesures mais pas des suivantes. Ce scandale, rapidement avoué par VW, concerne pas moins de 11 millions de véhicules, non seulement aux USA mais également sur le reste du Globe.

2016 - ... et celui des autres constructeurs, dont Renault
A la suite du dieselgate, certains gouvernements - dont la France - décident de mener à leur tour leur propre enquête. Outre Volkswagen, de nombreux autres constructeurs dépasse les seuil de tolérance de NOx. Le Renault Espace, par exemple, rejetterait 25x plus que NOx que prévu... Peugeot ou encore Fiat sont également concernés, et d’autres cas sont à déplorer à chaque nouvelle vague de tests.


Le saviez-vous ?
Il existe des assurances auto à partir de 11€ / Mois ! En 2 minutes, nos internautes économisent 350€ / an. Obtenez immédiatement le meilleur prix en utilisant notre comparateur d'assurances auto


Avis sur «Automobile : 45 ans de mensonges et de dissimulation»

Publiez votre avis